Commerce extérieur

La Suisse exporte moins de montres, mais elles valent plus cher

Les exportations horlogères de septembre restent sur la lancée des mois précédents: croissance en valeur, recul en volume.Les exportations suisses dans l'ensemble, elles, ont reculé de 3,1% à 18,2 milliards, tirées vers le bas par la pharma

Lentement, la reprise se fait sentir. Jeudi, la Fédération horlogère (FH) a annoncé que les exportations horlogères du mois de septembre avaient connu leur sixième mois de croissance d’affilée. «Leur valeur a atteint 1,8 milliard de francs, ce qui correspond à une croissance de 3,7% par rapport à septembre 2016», écrit la FH dans son communiqué.

Lire aussi: Les cinq raisons de la reprise chez Richemont (17.10.2017)

Sur l’ensemble du troisième trimestre, ces exportations se sont inscrites à 4,89 milliards, soit un gain de 3,9% au niveau nominal et de 2,9% en termes réels, précise un autre communiqué de l’Administration fédérale des douanes (AFD).

Baisse de 11,6% en volume

En volume, néanmoins, les chiffres sont sensiblement différents. Avec deux millions de pièces vendues à l’étranger sur le mois de septembre, ces exportations sont en baisse de 11,6%.

En cause: les montres d’entrée de gamme. Le segment des montres valant moins de 200 francs à l’exportation – qui n’est pas le prix public – s’est effondré de 18,5% par rapport au même mois de l’année passée. «Ces produits connaissent une diminution importante depuis plus d’une année», écrit la FH.

Les autres segments se portent un peu mieux. Les exportations de montres entre 200 et 3000 francs sont en «légère progression», selon les mots de la FH, et les ventes de montres de plus de 3000 francs «ont vu leur valeur croître de 8%».

Bond de Singapour

Au niveau géographique, la quasi-intégralité des six principales destinations des garde-temps suisses affichent une croissance car seuls les Etats-Unis (–0,6% à 192,8 millions) sont en recul. A noter la progression détonante de Singapour – +89,6% à 179,2 millions – qui passe en un mois de la huitième à la troisième destination des montres suisses.

La FH explique simplement que «les exportations horlogères vers Singapour ont vu leur valeur pratiquement doubler en raison de l’acheminement de montres de prix élevé».

Bond des importations

Jeudi, l’Administration des douanes publiait également les chiffres du commerce extérieur pour le troisième trimestre 2017. Sur cette période, les envois suisses vers l’étranger ont crû sur un an de 2,5% en données corrigées des jours ouvrables. Les importations ont, elles, bondi de 7,4%.

Sur le seul mois de septembre, les exportations ont reculé de 3,1% à 18,2 milliards. Elles ont particulièrement été tirées vers le bas à cause du repli des ventes de produits chimiques et pharmaceutiques aux Etats-Unis, a détaillé l’AFD.

Publicité