Paradis fiscaux

Le suisse Glencore et des milliers de super-riches exposés par la fuite chez Appleby

Le géant zougois des matières premières est visé par la publication imminente de documents confidentiels provenant d’un cabinet d’avocats des Bermudes. Dans le monde entier, des individus fortunés tremblent pour leurs secrets

Le géant des matières premières Glencore, basé à Zoug, sera l’une des entreprises suisses visées par la publication de milliers de documents confidentiels provenant du cabinet d’avocats des Bermudes Appleby.

L’information donnée fin octobre par Bloomberg a pu être confirmée par Le Temps de sources indépendantes.

Spécialisé dans les montages fiscaux complexes, Appleby avait reconnu il y a quelques jours avoir subi une fuite de données, qui seront publiées prochainement par le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) et ses médias partenaires.

La publication devrait intervenir dès ce soir 19h heure suisse, selon une vidéo diffusée par la BBC, qui promet des révélations sur un certain nombre de super-riches britanniques.

Contrats sensibles avec la RDC

Selon Bloomberg, les documents concernant Glencore décrivent ses relations en République démocratique du Congo (RDC) avec le très controversé milliardaire israélien Dan Gertler, soutien de longue date du président Joseph Kabila.

Durant des années, Glencore a cultivé des liens étroits avec Dan Gertler, en dépit des accusations récurrentes de corruption le visant et qu’il a toujours réfutées. Cette alliance a aidé Glencore à devenir l’un des principaux producteurs de cuivre de RDC.

Selon une procédure judiciaire contre le fonds d’investissement Och-Ziff aux Etats-Unis, Dan Gertler aurait payé des pots-de-vin à des dirigeants congolais en échange de droits miniers dans le pays. L’acquisition par Glencore de l’entreprise de cuivre et de cobalt Katanga Mining, dont Dan Gertler était actionnaire, lui aurait permis de financer son système de corruption, indiquait une enquête du Financial Times publiée en mars dernier.

Glencore a depuis mis fin à ses relations avec Dan Gertler, en lui rachetant ses participations minières pour 534 millions de dollars. Sur le plan judiciaire, l’Israélien n’a été inquiété ni aux Etats-Unis ni en Grande-Bretagne, indiquait son avocat genevois Marc Bonnant au printemps dernier.

Glencore n’a fait aucun commentaire concernant son implication dans la fuite chez Appleby. Mais les deux sociétés sont notoirement très proches. Jonathan Vanderkar, l’ancien responsable du bureau zurichois d’Appelby, aujourd’hui fermé, est devenu responsable juridique des finances («group finance counsel») de Glencore, selon son profil LinkedIn. Et selon une procédure judiciaire intentée par un ancien trader de Glencore à Londres, Appleby gérait un trust à Jersey réservé aux employés de l’entreprise zougoise.

Des milliers de personnes touchées par les fuites

Mais le géant minier est très loin d’être la principale cible de l’opération médiatique visant Appleby.

«Il y a des milliers de documents qui pourraient concerner quelque 100 000 personnes et entreprises, dont beaucoup de gens très riches, des top models et un pilote de Formule 1», explique une source ayant eu connaissance à l’avance du contenu de la fuite. «Ces gens ont peur de ce que la fuite pourrait révéler.»

Selon le Telegraph de Londres, certains des Britanniques les plus riches ont déjà mobilisé avocats et agences de relations publiques pour tenter de limiter les dégâts occasionnés à leur réputation.

Certaines richissimes dynasties industrielles italiennes, comme la très glamour famille Crociani, seraient aussi concernées par la fuite, selon le journal Il Sole 24 Ore.

Publicité