Emploi

La Suisse manque d'électriciens, de soudeurs ou de mécaniciens, entre autres

La pénurie de main-d’œuvre qualifiée continue de créer des tensions sur le marché de l’emploi en Suisse, selon une enquête de Manpower publiée mardi. Parmi les professions les plus recherchées figurent celles liées à la construction et l’habitat

Selon la dernière étude menée par Manpower, spécialiste du travail temporaire, un tiers des entreprises suisses ont des difficultés à pourvoir les postes vacants. «Les employeurs déplorent le manque de compétences techniques, la carence de candidats ou encore le manque d'expérience professionnelle», a expliqué le groupe aux racines américaines.

Un manque, aussi, de représentants de commerce

«Les changements technologiques modifient en profondeur la manière dont le travail se fait et requièrent un renouvellement des compétences nécessaires pour l'effectuer», a estimé Leif Agnéus, directeur général de Manpower Suisse, cité dans un communiqué. «L'évolution démographique et un taux de chômage faible renforcent les difficultés de recrutement.»

Parmi les professions les plus recherchées dans le pays figurent en tête les ouvriers qualifiés (électriciens, soudeurs, mécaniciens), suivi des représentants de commerce et des cadres et dirigeants d'entreprise.

Lire aussi: Intentions d’embauche en baisse en Suisse

L'impact des nouvelles technologies

Le personnel d'hôtellerie et de restauration, les chauffeurs, le personnel administratif, les ingénieurs, ainsi que des spécialistes comme les chefs de projet, les juristes et chercheurs figurent également parmi le personnel plébiscité par les recruteurs.

Ces derniers recherchent aussi des agents de nettoyage et du personnel de maison, tout comme des spécialistes en comptabilité et finance.

Pour Leif Agnéus, «l'expansion de l'e-commerce accroît les besoins dans les métiers de la logistique et du service à la clientèle, générant un besoin croissant en chauffeurs et agents de centres d'appel». «Aucun métier n'échappe à l'impact des nouvelles technologies», a conclu le responsable.

Publicité