L'économie suisse se porte bien. En tout cas mieux que celles de la zone euro et du Japon, mais moins bien que celle des Etats-Unis. En 2006, le PIB suisse affichera une croissance de 3%. Il sera de 2,2% en 2007. L'OCDE explique ce recul par la hausse du taux d'intérêt - la Banque nationale suisse a relevé ses taux à quatre reprises depuis décembre 2005 - et un environnement international moins porteur. La croissance devrait entraîner une baisse du chômage. L'inflation devrait aussi rester sous contrôle.

Selon l'OCDE, la Suisse devrait poursuivre ses réformes structurelles, maîtriser les dépenses sociales et continuer à assainir ses finances publiques.

La bonne santé de l'économie suisse a été confirmée par la publication mardi de l'indicateur UBS de la consommation. Celui-ci a connu une nouvelle progression en octobre, marquée particulièrement par la vente accrue des voitures neuves. Il a atteint 1,96point alors que la moyenne à long terme s'élève à 1,49 point.