Et maintenant, que faire? Lâcher prise ou se battre? Subir ou tenter de contre-attaquer? Ce sont les questions qui surgissent à la lecture du rapport publié cette semaine par le Centre national pour la cybersécurité (NCSC). Sur 38 pages, le NCSC dresse un tableau cauchemardesque de la situation en Suisse. On l’avait deviné récemment en recevant une avalanche de SMS incitant à cliquer sur des liens suspects, en lisant des e-mails contenant des arnaques et en voyant des communes paralysées par des ransomwares: le cybercrime fait des ravages en Suisse. Ce fléau se retrouve dans les chiffres publiés mardi par le NCSC. Et selon des experts, il faut mener la vie plus dure aux pirates.