Dette

La Suisse propose des obligations qui ne rapportent rien

La Banque nationale a annoncé mardi l’émission d’emprunt à coupon zéro et à durée de 13 ans. Une première

Prêtez à la Confédération, elle vous remboursera, sans un centime de plus. C’est un peu l’idée des obligations dont la Banque nationale a annoncé l’émission mardi. Arrivant à maturité en 2029, ces titres devront être remboursés, mais ils offrent un coupon de 0%.

C’est une première. En général, même si les coupons sont faibles, ils sont positifs. Jusqu’ici, le plus petit du genre proposé par la Suisse s’élevait à 0,5%. En mars 2015, la Banque cantonale de Zurich avait été le premier émetteur à proposer une nouvelle obligation 0-coupon dont le rendement à l’échéance était négatif. Cet emprunt qui avait obtenu beaucoup de succès auprès des investisseurs cote toujours au-dessus de son prix de lancement, souligne Catherine Reichlin, responsable de la recherche financière chez Mirabaud à Genève.

Rendement négatif

Cette nouvelle obligation de la Confédération d’une échéance de 13 ans sera mise sur le marché mercredi matin. Emise au-dessus du pair, c’est-à-dire à un prix plus élevé que le montant du remboursement, elle pourrait «offrir» un rendement à l’échéance négatif de l’ordre de -0.27%.

Reste à voir qui se décidera à l’acheter. «Les caisses de pension ou les investisseurs institutionnels peuvent être intéressés», estime Catherine Reichlin. La raison? Dans un marché «très distordu» et en «manque de liquidité», même avec ce rendement négatif, la situation peut être meilleure que de garder du cash. Les taux d’intérêt négatifs de 0,75% imposés par la Banque nationale suisse ont un effet sur les clients des banques. «Certains investisseurs institutionnels doivent payer jusqu’à 0,75% simplement pour déposer du cash», rappelle l’experte. Dans ce sens, acheter des obligations est moins douloureux, tout en gardant à l’esprit la prise de risque de taux d’intérêt.

Les rendements des obligations suisses à plusieurs échéances sont négatifs depuis plusieurs années. Cela s’explique aussi par les inquiétudes des investisseurs, qui préfèrent acheter de la dette suisse en masse en étant sûrs d’être remboursés, quitte à gagner peu, voire perdre de l’argent. Si la Suisse a été le premier pays à voir ses obligations à 10 ans entraîner des rendements négatifs, d’autres se rapprochent aussi de 0% de rendements. C’est le cas de l’Allemagne et de beaucoup de pays considérés comme sûrs par les investisseurs.

Publicité