Des jeunes, des moins jeunes, mais surtout des femmes. Voilà de quoi a besoin l’industrie suisse pour résorber le manque chronique de main-d’œuvre dont elle souffre toujours et encore.