Taïwan sera le nouveau venu. Mais la Chine sera épargnée. Les médias anglo-saxons distillent les pronostics, ces dernières heures, alors que les Etats-Unis devraient publier ce jeudi leur liste noire des pays considérés comme des manipulateurs de devises.

Et selon nos informations, la Suisse y figurera encore, quatre mois après y avoir été inscrite. «Une sortie ne se produit pas si rapidement, car la Suisse continue de répondre formellement aux critères américains», résume au Temps une source qui souhaite conserver l’anonymat. D’autant que «les discussions avec le Trésor ne font que commencer».