Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Démonstration d'un drone à l'EPFL. Les institutions éducatives suisses produisent des talents adaptés à la demande de l'économie.
© Christian Beutler/Keystone

Travail

La Suisse sait attirer et garder les talents

Selon une étude réalisée par l’IMD à Lausanne, Berne peut faire mieux en matière de dépenses publiques dans l’éducation et de la place de la femme dans le monde du travail

La Suisse reste, pour la quatrième année consécutive, la championne du monde pour attirer, développer et garder les talents. C’est ce qui ressort du classement annuel publié lundi par le Centre de compétitivité mondiale de l’IMD, la Haute Ecole de management à Lausanne. «Son système d’éducation et de formation produit des talents qui répondent précisément aux besoins de son économie constitue le point le plus fort», explique le professeur Christos Cabolis, coauteur du rapport.

Lire aussi: Arturo Bris: «Les Suisses résistent à la transition numérique»

Toutefois, ce n’est pas parce qu’elle est championne que la Suisse n’a pas de faiblesses. «La Confédération a un effort particulier à faire dans le domaine des dépenses publiques dans l’éducation, relève Christos Cabolis. Elle y consacre 5% de son produit intérieur brut et se place au 27e rang sur le classement de 63 pays.»

Inégalités de genre: la Suisse distancée

Selon le professeur de l’IMD, Berne doit aussi faire mieux sur la question de la femme dans le monde du travail. Notre pays se classe au 22e rang, loin derrière les cinq premiers: la Lituanie, la Lettonie, Hongkong, la Russie et le Portugal. «Il se peut que ce soit le prix à payer pour avoir une vie familiale de qualité comme c’est le cas en Suisse», poursuit Christos Cabolis.

Il n’y a que des pays européens à occuper les 10 premières places. La Suisse est talonnée par le Danemark, la Belgique (malgré son taux d’imposition élevé pour les expatriés), l’Autriche et la Finlande. Mais d’autres, l’Espagne, l’Italie, la Pologne ou encore la Grèce, se placent dans la deuxième moitié du peloton. Les pays d’Europe de l’Est se retrouvent dans cette même situation. «Ils doivent encore rattraper un retard historique en matière d’éducation et de formation, explique Christo Cabolis. Mais par-dessus tout, c’est un fait que les professionnels de cette région veulent surtout émigrer en Europe occidentale.»

Et encore: La Suisse bat un record au classement mondial de la compétitivité du WEF

Les Etats-Unis de Donald Trump ont reculé à la 16e place – 3 rangs par rapport au classement 2016. Parmi les grands pays émergents, la Chine occupe désormais le 40e rang (+2), La Russie le 43e rang (-2) et l’Inde le 51e rang (+2). Le Venezuela, pays qui traverse une explosion politique, économique et sociale depuis plusieurs années, ferme la marche.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)