Malgré le tassement des économies, quelque 170 exposants suisses se rendront cette année à la Foire de Hanovre, qui se déroulera du 7 au 12 avril. Huit salons y présenteront en parallèle des solutions technologiques pour la production industrielle. Quelque 6950 exposants en provenance de 70 pays y participeront.

Pourquoi réunir des salons consacrés à des secteurs aussi différents que l'automation des usines, la microtechnologie, les systèmes d'entraînement, l'énergie, les techniques du vide et de l'air comprimé, les équipements et outils, les projets récemment issus de la recherche, ou aux multiples aspects de la sous-traitance? Il s'agit d'activités complémentaires, contribuant toutes à la mutation en cours des modes de production, expliquait hier à Zurich Wolfgang Pech, directeur de Deutsche Messe AG.

Semaine décisive pour les affaires

Lieu de découvertes, de rencontres et de négociations, la Foire de Hanovre (Deutsche Messe) joue depuis toujours un rôle important pour les entreprises helvétiques innovantes. En 2003 comme par le passé, une journée suisse sera organisée. Joseph Deiss y sera présent. Une quarantaine de sociétés exposeront au pavillon de la sous-traitance, sous l'égide de l'Osec Business Network Switzerland. Beaucoup d'autres, notamment de Suisse romande, s'y présenteront individuellement. Bien des sociétés qui s'y rendent régulièrement y réalisent une partie importante de leur chiffre d'affaires. Une vingtaine de nouvelles technologies, sélectionnées parmi 92 projets initialement soumis à l'appréciation d'un jury, seront présentées à l'enseigne du «prix technologique suisse». Notamment soutenu par le Seco et le Conseil des Hautes Ecoles, ainsi que par des sources privées, ce «Technology Award» offre un appui professionnel aux lauréats dont les projets paraissent le mieux adaptés aux marchés.