Non, non et non. La réplique n’a pas tardé, mercredi. Dans une brève réponse à l’agence AWP, la Banque nationale suisse (BNS) a répété sa position: la Suisse «ne manipule pas sa devise».