Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Chantal Cartier, responsable marketing pour l’hôtellerie et la gastronomie de Suisse Tourisme, répond aux critiques reçues par l’organisme de promotion.
© DR

Trois questions à

«Suisse Tourisme veut en faire plus pour la gastronomie suisse»

L’organisation de promotion nationale réagit aux critiques du chef Benoît Violier qui lui reprochait de véhiculer une image stéréotypée de la cuisine helvétique

Suisse Tourisme, par le biais de sa responsable marketing hôtellerie et gastronomie, Chantal Cartier, se défend de délaisser la haute gastronomie au profit du lard et du fromage a raclette.

Le Temps: Benoît Violier, chef de l’Hôtel de Ville de Crissier, déplorait récemment dans nos colonnes (LT: 19.12.15) que Suisse Tourisme n’en fasse pas assez pour promouvoir la haute gastronomie. Comment réagissez-vous?

­Chantal Cartier: Quand on voit les recherches des touristes étrangers sur notre site, ce n’est pas dans la haute gastronomie que nous sommes les plus attendus. La raclette, les vins régionaux, c’est ce qui est demandé par le plus grand nombre. Cependant, Suisse Tourisme est présent sur de nombreux fronts et désire actuellement en faire plus pour la promotion de la gastronomie suisse. Certains marchés, comme l’Italie ou la France, sont plus sensibles à la haute gastronomie. La critique de Monsieur Violier tombe à un moment opportun. Dès l’été 2016, la haute cuisine sera plus présente dans nos campagnes car elle représente un potentiel important de diversification pour le tourisme suisse.

LT: La Suisse romande est la région avec la plus haute densité de restaurants étoilés au guide Michelin. Ce n’est présent nulle part sur votre site…

Cela ne transparaît pas pour l’instant. Pour nous, se pose toujours la question, dans le contexte du site, de ce que nous devons faire et de ce que nous devons laisser aux organismes de promotion régionaux. Mais cette densité est un élément très important pour le tourisme, que nous ne manquons pas de mentionner dans le cadre de nombreuses activités promotionnelles à l’étranger, que ce soit aux journalistes ou aux professionnels du voyage étrangers. De même que nos trois chefs suisses distingués par trois étoiles au guide Michelin. C’est une formidable carte de visite pour la Suisse.

LT: Tout de même, quand on clique sur l’onglet gastronomie, on tombe sur du fromage, des recettes d’alpage… Et même un restaurant de burgers!

Le site myswitzerland.com ne représente qu’une petite partie de nos activités promotionnelles. La mise en valeur de la haute gastronomie s’effectue souvent avec celle de notre offre hôtelière, dans le cadre de manifestations pour un public ciblé (journalistes et voyagistes) où nous cherchons à proposer une expérience gustative. A Sao Paolo, par exemple, nous avons organisé récemment un événement pour les hôtels de bien-être suisses avec un menu concocté par le chef Heiko Nieder de l’hôtel Dolder Grand à Zürich. Nous travaillons également avec le chef Andreas Caminada qui est notre ambassadeur pour le marché italien. Et nous sommes ouverts à d’autres collaborations.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)