La pandémie de Covid-19 a mis en lumière les lacunes et le retard de la Suisse en termes de mutation numérique. 

Retrouvez nos principaux articles à ce sujet.

La Suisse est nulle en numérique, écrivions-nous le 24 janvier. Le temps d’une petite chronique, Le Temps avait dressé un portrait peu flatteur d’un pays ayant l’illusion d’être à la pointe du progrès. Les exemples cités avaient alors tous un lien avec la pandémie, laquelle a révélé les lacunes impressionnantes de la Suisse dans le secteur de la santé. Et si le mal était plus profond? Et si l’ensemble du pays, de l’administration aux entreprises, était terriblement médiocre en numérique? Pour tester cette hypothèse, nous avons voulu dresser un tableau général de la situation en Suisse. Nous avons choisi de mettre en lumière sept grosses lacunes. Non pas pour appeler à une numérisation forcenée de la société. Mais plutôt pour montrer les secteurs où une numérisation plus rapide pourrait bénéficier à tous, citoyens et consommateurs.

Lire aussi notre éditorial: Pourquoi le retard numérique de la Suisse est dramatique