Le projet de loi sur la surveillance des marchés financiers se trouve entre les mains du parlement. Mercredi, le Conseil fédéral a approuvé la création de la Finma. Autrement dit, un super-gendarme qui réunit Commission fédérale des banques, Office fédéral des assurances privées et Autorité de contrôle en matière de lutte contre le blanchiment d'argent.

But de cette opération: renforcer la surveillance d'un marché toujours plus complexe. Au niveau externe, il vise à améliorer la crédibilité et l'image de la place financière helvétique. L'acceptation du projet de loi par le Conseil fédéral est saluée par les assureurs et les banquiers.

En cas d'acceptation par le législatif, la nouvelle autorité pourrait voir le jour en 2008 au plus tôt. Deux cent quatre-vingts collaborateurs devraient être engagés à la Finma. L'autorité de surveillance sera composée d'une direction, d'un organe de révision et d'un conseil d'administration. Ce dernier aura par exemple le pouvoir de fermer un établissement, en cas de problèmes graves.