Coop vend environ 100 000 sapins chaque année. En 2015, le grand distributeur bâlois prévoit d'écouler 90% de sapins Nordmann. Le reste se compose essentiellement d'épicéas. Près de 70% des conifères sont d'origine helvétique.

Selon son concurrent Migros, «le marché des sapins de Noël est géré de manière régionale par chaque coopérative», souligne Tristan Cerf, porte-parole du distributeur zurichois. Ainsi, les succursales de Migros Vaud ont écoulé 2800 sapins naturels, en 2014, et 831 arbres artificiels. La région Neuchâtel-Fribourg en a vendu 5264 et celle de l'Aare (BE, SO et AG) 10 000.

Les ventes sont stables, voire en hausse suivant les coopératives. A Zurich, elles ont enregistré la plus forte progression, soit 5%.

Migros Vaud ainsi que Neuchâtel-Fribourg ne proposent que des conifères helvétiques. Dans les autres régions, le pourcentage d'arbres indigènes varie de 65% à 75%, suivant les magasins du géant orange.

Et la demande croît en la matière. La majorité des succursales du numéro un suisse de la distribution a augmenté sa part de sapins cultivés localement.

Lumière et couleurs

«Si, d'années en années, les clients optent souvent pour le même sapin et privilégient les arbres helvétiques, ils aiment, par contre, varier la décoration et les couleurs», note Ramón Gander, porte-parole de Coop.

Cette année, place au bleu roi, cuivre et violet. Pour Migros, les teintes traditionnelles, comme le blanc, le rouge, le vert, l'argenté et le doré, restent toujours des valeurs sûres même si les tons pastel font leur grand retour.

Migros note, par ailleurs, une progression de ses ventes, au niveau des décorations qui n'ornent pas le sapin comme les figurines, guirlandes et couronnes. La coopérative de Genève observe même un regain d'intérêt pour les articles lumineux (des tableaux, des animaux ou encore des villages. Son bouquetin illuminé fait, d'ores et déjà, des ravages.

Même son de cloche du côté de Neuchâtel-Fribourg où les décorations lumineuses en LED (arbres, branches, bonhommes de neige, rennes, traîneaux) sont très prisés. Pour Alexandre Barras, responsable de la communication chez Manor, les illuminations de Noël font, tout simplement, partie des incontournables cette année.

«Plus prosaïques, les décorations de table, les ustensiles à pâtisserie et les articles de papeterie liés aux fêtes de fin d'année trouvent aussi facilement preneurs», observe Tristan Cerf.

Histoire de cabarets

Du côté de Manor, qui ne vend des sapins que dans environ cinq magasins sur 24, les bougies qu'elles soient odorantes ou non et leurs supports sont aussi très demandées. «Les lanternes en papier ainsi que les immenses lettres blanches brillantes qui rappellent les inscriptions au fronton des cabarets rencontrent de même un très grand succès», précise Alexandre Barras.

«Au niveau texture, la tendance se porte, cette année, sur le verre, le bois et le coton avec une touche vintage», indique Alexander Gligorijevic, porte-parole d'Ikea. Les nappes de Noël en coton sont, par exemple, très appréciées. «En règle générale, nous constatons un regain d'intérêt pour les matières naturelles», conclut Alexandre Barras.