Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
PostFinance ne peut plus offrir des cartes de crédit aux Suisses domiciliés à l’étranger.
© Keystone

Services bancaires

Les Suisses de l’étranger menacent de porter plainte contre PostFinance

Les Suisses de l’étranger n’ont pas droit à une carte de crédit de la part des banques suisses. Une résolution sera votée lors de la séance de leur Conseil le 25 mars, à Berne, qui demande de porter plainte pour discrimination

Les Suisses de l’étranger sont-ils des Suisses de deuxième catégorie? La question paraît justifiée à écouter John McGough, délégué des Suisses de Hongrie. Il n’est par exemple plus possible pour les Suisses de l’étranger d’avoir une carte de crédit auprès d’une banque suisse. Quant à l’accès à un compte en banque, il est autorisé, mais très compliqué, et parfois impossible dans certains pays. Lorsque le service est offert, les frais sont très élevés, comme le montre le sondage de l’Organisation des Suisses de l’étranger.

762 000 Suisses de l’étranger

Dans le cas de Postfinance, cela représente 25 francs par mois dès le 1er janvier 2017, soit 300 francs par an. La carte de crédit est dorénavant inaccessible aux 762 000 Suisses de l’étranger.

Lire aussi: Le casse-tête bancaire des frontaliers

L’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) représente les intérêts de ces derniers. Lors de la séance du Conseil des Suisses de l’étranger, qui se tiendra à Berne le samedi 25 mars prochain, une résolution sera discutée et votée. Déposée par John McGough, délégué des Suisses de Hongrie, elle propose effectivement «de porter plainte contre Postfinance pour discrimination. C’est un institut qui appartient entièrement à la Confédération. En l’occurrence, il dépend du département de Doris Leuthard», nous explique-t-il. Précisons que John Mc Gough est d’origine britannique, domicilié en Hongrie depuis 1993, et détenteur du seul passeport suisse. «Si la résolution est refusée, il ne se passera rien. Si elle est acceptée, un juge du canton de Berne se prononcera», résume-t-il.

Lire l'éditorial: La Confédération ignore la cinquième Suisse

Ancré dans les objectifs stratégiques

Le Suisse de Hongrie affirme qu’il n’y a aucune agressivité dans la résolution. «Je tiens à défendre les 762 000 Suisses de l’étranger, dit-il. Madame Leuthard doit faire quelque chose, puisque PostFinance appartient à 100% à la Confédération.» L’affaire a été révélée par la Basler Zeitung, le 3 mars. Le quotidien expliquait que Doris Leuthard n’a pas voulu donner suite à la demande de l’OSE faite par le conseiller national UDC Peter Keller. Pire, la réglementation est ancrée dans les «objectifs stratégiques de La Poste 2017-2020».

La porte-parole de l’Office fédéral de la Communication fait valoir que le «Conseil fédéral a décidé qu’il n’était pas nécessaire d’offrir toutes les prestations bancaires aux Suisses de l’étranger». Elle explique que les cartes de crédit ne font pas partie du service universel en matière de trafic des paiements. En l’occurrence, cela signifie que PostFinance n’est pas obligé d’offrir des cartes de crédit aux Suisses domiciliés en Suisse.»

Lire aussi: Les millionnaires de PostFinance payeront des intérêts négatifs

«Aucune loi n’indique qu’il faudrait pénaliser les Suisses de l’étranger. C’est autant une discrimination que si l’on interdisait les cartes de crédit aux Suisses alémaniques ou aux Suisses romands», rétorque John McGough qui dit ne pas en vouloir aux banques. Ce sont des entreprises privées. Elles ont le droit de faire des affaires avec qui elles l’entendent.» Plus de 460 000 Suisses vivent dans l’Union européenne (UE). «Les nationaux d’autres pays européens ne rencontrent pas ce type de difficultés», assure le délégué hongrois. John McGough ajoute avoir rencontré d’innombrables Suisses domiciliés qui se plaignent de ces handicaps: «Je voyage beaucoup, dans l’UE ou ailleurs, par exemple à Dubaï. Tous les Suisses de l’étranger que j’ai rencontrés se plaignent de ne pas avoir de carte de crédit en Suisse. Beaucoup ont une retraite en Suisse, ou un bien immobilier, et doivent payer en francs.»

Changement dès 2015

«Depuis janvier 2013, PostFinance n’accorde plus de carte de crédit à des clients qui résident à l’étranger, à l’exception du Liechtenstein. Depuis 2015, pour des raisons de réglementations, la mesure a été étendue aux clients actuels. Elle a été communiquée en juillet 2015 et la résiliation est intervenue à la fin octobre», indique le porte-parole de PostFinance. Ce dernier ajoute que la loi concerne le lieu de résidence et non pas la nationalité. «Il n’y a pas d’exception pour les Suisses de l’étranger», indique-t-il. Postfinance ajoute qu’il est «toujours possible de réaliser des transferts avec PostFinance Card et l’e-Finance».

Lire également: De moins en moins de banques acceptent les Suisses de l’étranger

Les frais des comptes en banques ont par ailleurs été accrus au début 2017 et portés à 25 francs par mois par PostFinance en raison de la loi sur l’Echange Automatique de Renseignements (EAR) et des coûts qu’elle engendre pour les banques. PostFinance est chargée par la Confédération d’assurer un mandat de service universel en matière de trafic des paiements. «Mais il n’existe pas de tel mandat pour les Suisses ayant un domicile à l’étranger. Néanmoins, PostFinance offre des services bancaires de base s’ils n’entrent pas en conflit avec les lois et les règlements», assure le porte-parole.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)