Banque

Les Suisses de l’étranger scandalisés par Doris Leuthard

Après la réponse négative à leur demande de services bancaires de base, les Suisses de l’étranger préparent une contre-offensive, par des voies sans doute plus politiques que juridiques

Se sentant discriminés, les Suisses de l’étranger ne renoncent pas, selon la Basler Zeitung (BaZ) de vendredi. Les services bancaires de base leur sont refusés ou ne sont accessibles qu’à un prix déraisonnable, à leur goût.

A lire aussi: Les Suisses de l’étranger menacent de porter plainte contre PostFinance

En mars, le Conseil de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE) avait longuement débattu de la résolution présentée par John McGough, Suisse de Hongrie, de porter plainte contre PostFinance, qui appartient à 100% à la Confédération. John McGough avait finalement retiré sa résolution. Le Conseil de l’OSE s’est adressé à la conseillère fédérale Doris Leuthard. Mais la réponse de cette dernière est négative. «Sa réponse est une honte. Doris Leuthard n’a signalé aucun intérêt pour les Suisses de l’étranger», explique au Temps John McGough. Le conseiller national vaudois Laurent Wehrli (PLR) n’admet pas davantage la réponse faite par la conseillère fédérale. «Je ne suis pas du tout satisfait par sa réponse et suis prêt à intervenir au parlement à ce sujet», déclare-t-il au Temps.

Début mai, une motion du conseiller national Roland Büchel (UDC), membre du comité de l’OSE, a été repoussée par 82 voix contre 79. Sa proposition demandait aux banques systémiques de leur offrir un compte à des conditions favorables. Le refus du parlement fait des vagues à l’intérieur même de l’OSE, puisque des membres de l’association ont voté contre les intérêts de la cinquième Suisse. John McGough propose de s’opposer en août à l’élection du Vaudois Laurent Wehrli, lequel a voté non à la motion au comité lors du congrès de l’OSE en août.

Le parlementaire vaudois explique que même Ueli Maurer, ministre des Finances, a démontré que la proposition Büchel était impraticable en raison des lois internationales. «Je ne peux pas soutenir ce qu’il est impossible de mettre en œuvre», déclare Laurent Wehrli. La seule solution est celle qui consiste à amener PostFinance à offrir un compte et une carte de crédit aux Suisses de l’étranger à des conditions et à un coût à discuter, indique-t-il. C’est pourtant ce que refuse de discuter Doris Leuthard, s’étonne Laurent Wehrli.

Préférence à la voie politique

Les Suisses de l’étranger s’apprêtent à réagir. Ils vont lancer une nouvelle intervention parlementaire, selon la BaZ. Il s’agirait d’un texte modifié par rapport à la motion Büchel. Mais l’idée d’une plainte contre PostFinance reste ouverte. Les Suisses de l’étranger pourraient de nouveau voter la résolution de John McGough et porter plainte contre PostFinance lors du congrès des Suisses de l’étranger en août, à Bâle.

A lire aussi: La Confédération ignore la cinquième Suisse

Publicité