Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les frais peuvent varier de façon importante d’un émetteur à l’autre.
© Elise Amendola/AP

Étude

Les Suisses ne se rendent pas compte des frais des cartes de crédit

Le site de comparaison en ligne Moneyland.ch a décortiqué les coûts de 150 cartes de crédit émises dans le pays. Les différences sont «significatives». Migros, Coop et le TCS s’en tirent le mieux

Moneyland.ch s’est fait une spécialité de comparer les frais dans la finance. C’est désormais ceux des cartes de crédit qu’elle a étudiés. Car «même si les cartes de crédit sont de plus en plus utilisées, la plupart des utilisateurs ne se rendent pas compte des charges dont ils doivent s’acquitter». Le comparatif révèle des différences «significatives» entre les cartes de crédit.

Tout dépend néanmoins de l’utilisation des cartes de crédit. Moneyland.ch a ainsi établi plusieurs catégories. Pour les «occasionnels» (pas de retrait, deux transactions en moyenne par mois pour environ 200 francs, une dizaine d’achats à l’étranger par an pour 100 francs par achat), la MasterCard de Migros, émise par Cembra Money Bank, est la moins chère à 38,15 francs les deux premières années, suivie de la Supercardplus de Coop (Swisscard) à 47,45 francs. Les deux n’imposent des frais que pour le retrait ou pour les achats en monnaies étrangères. Dans le deuxième cas, le taux de change est légèrement plus favorable avec la carte de Migros sur une durée de vingt ans, selon l’étude.

Voir le comparatif dans son intégralité (en allemand)

Pour les utilisateurs «actifs» (5 retraits en Suisse pour 1000 francs au total, 5 à l’étranger pour 1000 euros au total, par an, 10 transactions par mois pour 1000 francs, 50 transactions par an à l’étranger chacune d’un montant de 100 euros), c’est la MasterCard Travel Gold du TCS, aussi émise par Cembra Money Bank, qui apparaît comme la plus avantageuse, à 350,75 francs pour deux ans. Migros (427,70 francs) et Coop (483,35 francs) suivent. Dans toutes les catégories, Moneyland.ch donne les 10 meilleurs, mais ne dit pas qui sont les plus chers des 150 cartes passées au crible.

Conseils pour les voyages

Le calcul n’est pas forcément toujours aisé. Il faut tenir compte de l’existence ou non d’un paiement annuel, des frais de retrait et d’achat, en Suisse ou à l’étranger, ainsi que des éventuels frais de change. Mais cela ne s’arrête pas là: «En général, les cartes de crédit les plus chères offrent aussi davantage de services», explique Benjamin Manz, directeur de Moneyland. Ce qui peut inclure des points bonus, des assurances voyages, ou d’autres avantages, cite-t-il, avant de se demander: «La question reste, évidemment: a-t-on vraiment besoin de ces services?»

Puisque l’été commence, Moneyland a ajouté quelques recommandations pour l’utilisation des cartes de crédit à l’étranger afin d’éviter les principaux pièges. Le site conseille de retirer du cash avec des cartes de débit plutôt que de crédit pour réduire les frais. De même, toujours payer dans la monnaie locale et pas en franc, au risque de devoir s’acquitter de frais supplémentaires d’une tierce partie ou de l’émetteur de carte de crédit. Autre avantage de la carte de débit, acheter pour plusieurs centaines de francs en monnaie étrangère est moins cher qu’avec une carte de crédit. Mais c’est l’inverse pour les petits montants.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)