Mis sous pression par l'offre d'achat inamicale lancée sur Sulzer par son principal actionnaire – la société d'investissement zougoise InCentive Capital de René Braginsky – les dirigeants de Sulzer et de Sulzer Medica ont présenté vendredi leur propre stratégie de scission (spin-off) de Sulzer Medica, la filiale du groupe centrée sur l'orthopédie et les implants cardiovasculaires. Une mesure réclamée depuis longtemps par la communauté financière afin de permettre à Sulzer Medica de se consacrer pleinement à son métier essentiel. Si elle est approuvée par les actionnaires lors de l'assemblée générale de Sulzer prévue pour le 19 avril prochain, cette scission (spin-off) entraînera la création de deux groupes indépendants centrés respectivement sur les activités industrielles et les techniques médicales. Selon les termes de la transaction, qui pourrait avoir lieu au mois d'août, chaque actionnaire de Sulzer recevra deux actions Sulzer Medica. Pour Ueli Roost, le président du conseil d'administration de Sulzer, cette solution présente le double avantage de pouvoir être réalisée rapidement et d'être intéressante sur le plan fiscal.

Lors de la conférence de presse mise sur pied vendredi à Winterthour pour la présentation des résultats de l'exercice écoulé, Ueli Roost et Fred Kindle, responsable opérationnel de Sulzer Industries, se sont évertués à montrer que Sulzer Industries valait davantage que l'offre d'InCentive Capital. Une offre dont la variante «en liquide» valorise Sulzer Industries à 410 francs par action. La direction de Sulzer s'est cependant bien gardée de fournir sa propre estimation de la valeur de Sulzer Industries. «L'offre d'InCentive ne reflète ni la valeur potentielle de Sulzer Hexis, ni celle de l'immobilier» selon Fred Kindle. Hexis est une start-up spécialisée dans la pile à combustible, une technologie «propre» appelée à révolutionner le monde automobile dans quelques années. Dans un premier temps, Hexis visera toutefois le marché résidentiel (chaudières de chauffage). Et la phase de commercialisation devrait débuter en 2002 selon Fred Kindle.

Pourtant, les résultats de l'exercice 2000 communiqués vendredi montrent un recul, le quatrième en six ans, du bénéfice annuel de Sulzer, soit de 19% à 206 millions de francs. Un résultat qui ressort un peu en dessous des attentes des analystes financiers. Explication: les résultats ont été grevés par des amortissements de survaleur d'acquisition (goodwill) à hauteur de 64 millions de francs, ainsi que par des coûts exceptionnels liés à la réorganisation du groupe (38 millions). Hormis ces facteurs exceptionnels, le bénéfice d'exploitation de Sulzer a bondi de 35% à 417 millions de francs alors qu'il a baissé de 24% à 317 millions après ces éléments exceptionnels. Avec à nouveau une contribution majeure (230 millions de francs) de Sulzer Medica.

S'en prenant à René Braginsky, Fred Kindle assure pourtant que «Sulzer n'est pas mort». En témoignent les progrès rapides du programme de restructuration «Performance», lancé en 1999. Avec une économie de 40 millions de francs l'an dernier au lieu des 30 millions attendus.

Jugement des actionnaires

Le responsable de Sulzer Industries s'attend en outre à une «croissance substantielle de la rentabilité des activités maintenues de Sulzer en 2001», soit pour les sociétés Sulzer Pumps, Chemtech, Turbomachines et Metco. Pourtant Metco a déçu en 2000 avec un chiffre d'affaires en recul et une perte de 2 millions de francs. Et l'an dernier, ce sont encore les sociétés désinvesties ou à désinvestir qui ont apporté la plus grande part au bénéfice. Si les actionnaires de Sulzer jugent que Sulzer Industries peut valoir plus de 410 francs, ils se rendront aux arguments de Ueli Roost et rejetteront l'offre d'InCentive. Vendredi, Sulzer valait 4,12 milliards de francs en Bourse suisse ou 1138 francs par action. Dans le même temps, Sulzer Medica (détenue à 74% par Sulzer) valait 3,59 milliards de francs. Ce qui laisse une valeur de 1,4 milliard de francs pour Sulzer Industries ou 398 francs par action. L'action Sulzer a perdu 11 francs à 1130 francs vendredi.