Le groupe romand Sun Store a annoncé hier une hausse de près de 23% de son chiffre d'affaires en 2004. Sur les 255 millions de francs, environ la moitié provient de la vente de médicaments, 25% de la parfumerie, 10% à 15% de l'alimentation (de santé, de régime ou sportive), le reste étant réalisé dans les articles de toilette. Les quelque 70 pharmacies, parfumeries ou drogueries emploient 1350 personnes, 87 nouveaux postes ont été créés l'an passé et 62 apprentis ont commencé une formation dans le groupe. Pour Marcel Séverin, président-directeur général de Sun Store, la croissance devrait continuer en 2005.

Le Temps: Votre croissance vient-elle d'abord de l'ouverture de nouveaux commerces (plus de 15)?

Marcel Séverin: Elle vient surtout de nos clients. En moyenne les affaires des succursales ont progressé de près de 17% l'an dernier. Cette progression s'explique principalement par notre bon rapport qualité/prix. Par exemple, les patients et les caisses maladie ont économisé plus de 5 millions parce que nous ne facturons pas les taxes, ou forfaits, de prise en charge.

– Comment se passe votre partenariat avec Le Shop, lancé en décembre?

– Les débuts sont très prometteurs. Nous espérons réaliser un à deux millions de vente cette année.

– Quelle est la rentabilité de votre groupe?

– Nous sommes bénéficiaires. Nous avons réalisé un bon résultat, suffisant pour avoir la confiance des banques. La marge est restée stable en 2004.

– Allez-vous continuer à recruter et à vous étendre en 2005?

– Sun Store devrait créer plus de 80 emplois. Nous cherchons 10 pharmaciens, qui ne sont pas faciles à trouver. Ils gagnent pourtant plus chez nous qu'en étant indépendants.

Nous allons ouvrir une succursale à Bülach (ZH) en avril. Nous avons quatre nouveaux projets en Suisse alémanique. En Suisse romande, nous augmenterons de 20% à 30% les surfaces de vente à Sion, Yverdon ou encore à l'aéroport de Genève.

– Les pharmaciens traditionnels vous reprochent de faire surtout du commerce. Que leur répondez-vous?

– La meilleure réponse, ce sont les clients qui viennent. Nous offrons autant de services que la concurrence. Nos pharmaciens ont fait les mêmes études que les autres.