Technologie

Sunrise confirme être intéressé par l'achat de UPC

Après quelques jours de rumeurs, la compagnie de télécoms indique être en discussion avec Liberty Global, maison-mère du câblo-opérateur. Alors que se prépare la 5G, tout est possible pour le marché suisse

Sunrise a réagi aux spéculations sur une éventuelle reprise d'UPC Suisse. Elle a confirmé mardi soir être en discussions avec Liberty Global, la maison-mère d'UPC, pour le rachat éventuel de sa filiale helvétique.

Une transaction ne sera effective que si elle fait sens stratégiquement et crée de la valeur pour les actionnaires, a souligné Sunrise mardi soir. Le cas échéant, Sunrise veut conserver une structure de capital prudente et maintenir une politique de dividende progressive. Il n'y a aucune certitude qu'un accord soit conclu avec Liberty Global, a indiqué la société.

Une porte-parole de Freenet, opérateur allemand et actionnaire principal de Sunrise, avait déclaré lundi à l'agence Reuters que Freenet considère qu'une consolidation du secteur est appropriée et qu'une éventuelle transaction serait examinée et qu'un accord ne serait pas exclu. Freenet contrôle près de 25% des actions Sunrise.

Un concurrent de poids à Swisscom

Le week-end passé, le Financial Times a évoqué ce projet d'achat. Se basant sur des sources prenant directement part aux discussions, le quotidien britannique a ainsi évoqué cette possible consolidation du marché suisse qui pourrait donner lieu à la création d’un concurrent de poids à Swisscom.

UPC, dont la valeur est estimée à 3 milliards de francs, est dans une situation particulière en Suisse. Sa maison mère, l’américaine Liberty Global, a récemment vendu plusieurs de ses participations en Europe. Les filiales en Allemagne, en République tchèque, en Hongrie et en Roumanie ont été cédées ces derniers mois. Le groupe conserve une présence au Royaume-Uni, en Irlande, en Belgique, en Pologne, en Slovaquie et, donc, en Suisse. Mais un retrait total du marché européen est évoqué depuis plusieurs mois.

Situation particulière

En octobre dernier, Mike Fries, directeur de Liberty Global, évoquait lui-même ouvertement une fusion entre UPC et Sunrise. Ce dernier est lui aussi dans une situation particulière. Coté à la bourse suisse, il possède donc Freenet comme actionnaire principal. Or Freenet a évoqué l’année passée son intention de céder sa participation.

Lire aussi: L’avenir d’UPC Suisse, une question à 3 milliards de francs

Tout est donc possible sur le marché suisse, d’autant que les enchères pour les licences 5G, qui doivent intervenir dans les prochaines semaines, pourraient accélérer le processus. Construire ce réseau de téléphonie mobile à débit ultra-rapide nécessitera des investissements de l’ordre de plusieurs centaines de millions de francs, ce qui pourrait inciter des opérateurs à se regrouper. Sunrise a l’avantage de posséder principalement un réseau mobile, avec près de 1,7 million d’abonnés. UPC, de son côté, revendique notamment 1,115 million de clients pour la télévision.

L’année passée, HSBC estimait dans une étude qu’une fusion entre UPC et Sunrise serait la combinaison qui ferait le plus sens. Selon la banque, le potentiel de synergies serait élevé, ses analystes évoquant des économies de 1,3 à 2,5 milliards de francs suisses au niveau des coûts, tant pour les investissements que les frais d’exploitation. Comme le rappelle le Financial Times, il n’est pas certain que les négociations aboutissent. Ni, d’ailleurs, que la Commission de la concurrence donne son aval à une telle fusion.

Sunrise en progression

Sur le plan opérationnel, Sunrise est dans le vert. Sur les neuf premiers mois de 2018, l’opérateur a vu son chiffre d’affaires progresser de 3,4% à 1,39 milliard de francs, alors que son bénéfice s’envolait (hors éléments extraordinaires) de 17,1% à 72 millions de francs. De son côté, UPC Suisse, qui ne donne que des résultats partiels, a vu son chiffre d’affaires reculer de 3,2% sur les neuf premiers mois de 2018 et se targuait d’avoir divisé par deux la baisse des abonnements TV. Mais UPC continue de souffrir sur ce marché face à Swisscom.

Aucune des entreprises n’a commenté les informations du Financial Times. Par ailleurs, des discussions ont actuellement lieu entre le britannique Vodafone et le groupe UPC, sans que l’on sache si la filiale suisse est concernée par ces négociations. Lundi matin, l’action de Sunrise progressait de 1% à 82,60 francs.


Cet article est initialement paru le 4 février 2019. Il a été complété et mis à jour le 6 février 2019.

Publicité