Télécoms

Sunrise promet d’être bénéficiaire en 2016

L’opérateur changera cette année de président et de directeur

«Oui». Voilà la réponse laconique d’André Krause lorsqu’on lui demande si l’opérateur sera bénéficiaire. Le directeur financier de Sunrise ne veut articuler aucun chiffre. «Ce qui compte surtout, c’est le cash qui sera distribué aux actionnaires», ajoute-t-il ensuite, lors de la présentation des résultats 2015 à Zurich ce jeudi. Les actionnaires devraient recevoir 3 francs par action cette année. Sunrise veut tenter de les rassurer alors que le titre a chuté de 17% depuis sa première cotation il y a un an.

En 2015, Sunrise a perdu de l’argent, 113 millions de francs pour être précis. C’est à peine mieux qu’en 2014, lorsque la perte s’était élevée à 115 millions. «Mais sans des éléments exceptionnels, nous aurions affiché un bénéfice de 45 millions de francs», assure Libor Voncina, directeur de l’opérateur. Deux facteurs ont creusé cette perte en 2015: les coûts liés à l’entrée en bourse, ainsi que le paiement de fréquences de téléphonie mobile.

Pour les observateurs, Sunrise est devenu beaucoup plus intéressant depuis son entrée en bourse, qui le contraint à publier des résultats détaillés. Comme Swisscom, alors que Salt ne publie plus rien et qu’UPC Cablecom ne donne que des chiffres partiels. On remarque ainsi que le résultat opérationnel de Sunrise a été positif en 2015 (144 millions de francs), mais moins important que l’année précédente (177 millions). Libor Voncina a cité la baisse des prix qui touche directement l’opérateur, dont le chiffre d’affaires a d’ailleurs reculé de 4,8% en 2015, à 1,976 milliard de francs.

Sunrise présente des similitudes avec ses concurrents: il se restructure en permanence. En septembre 2015, il s’est séparé de 160 employés. Il en compte désormais 1701, soit une baisse de 9,3% sur un an. «Il n’y aura a priori pas de plan de départ précis en 2016, mais la restructuration est un processus permanent», selon Libor Voncina, qui mise aussi sur la numérisation pour faire baisser les coûts.

Côté revenus, Sunrise a beau beau posséder une part de marché trois fois inférieure à celle de Swisscom en téléphonie mobile, il a réussi à compter 79 700 clients de plus en 2015, contre un solde positif de 85 000 pour l’opérateur historique. Par contre, la situation est plus difficile sur le marché de la télévision. Sunrise a gagné 26 700 clients, Swisscom 166 000. «C’est normal, relativise Timm Degenhardt, directeur commercial. Swisscom a une base de clients pour l’accès à Internet beaucoup plus grande et peut donc convertir davantage de clients à la télévision. Mais nous nous battons.»

Analyste confiant

Cette année, Sunrise sera affecté par deux changements. Le 9 mai, Libor Voncina cédera sa place à Olaf Swantee, qui a dirigé plusieurs opérateurs en Europe. Et Peter Kurer, ancien président d’UBS, occupera cette fonction chez Sunrise en remplaçant Lorne Somerville.

Dans une note, Bordier estime jeudi que l’action pourrait remonter ces prochains mois. La banque cite une visibilité et une confiance accrue dans le groupe. Bordier estime que la valorisation est raisonnable, le dividende, d’environ 5%, attrayant. Mais que Swisscom demeure un concurrent très sérieux.

Publicité