Aviation

Surbooking: les compagnies alignent les dollars

Après l’affaire du passager expulsé d’un vol de United, Delta annonce qu’il offrira jusqu’à 9950 dollars par client renonçant à son vol. Mais il ne s’agit pas toujours d’argent

L’affaire David Dao, ce passager de United Airlines débarqué de force d’un vol la semaine passée, le visage en sang, a des conséquences pour le secteur aéronautique aux Etats-Unis. Cette compagnie a annoncé qu’elle allait modifier sa politique en matière de «surbooking»: ses employés se verront attribuer des sièges de passagers au minimum une heure avant le départ de l’avion – de façon à éviter de faire descendre des clients alors qu’ils sont déjà dans l’appareil. Et vendredi, Delta affirmait vouloir augmenter ses dédommagements à hauteur de 9950 dollars. Mais il ne s’agira a priori que très rarement de cash.

Répandu parmi les compagnies, en particulier américaines, le «surbooking» est généralement effectué en échange d’une compensation pour le passager. Vendredi dernier, Delta affirmait vouloir augmenter ce dédommagement de 1350 à 9950 dollars (autant en francs) pour les passagers qui céderont de manière volontaire leur siège – soit à des membres du personnel de la compagnie, soit à d’autres passagers.

459 dollars chez JetBlue

Mais comme le révélait le site d’information Quartz ce lundi, les compagnies ne versent en réalité que très rarement du cash aux passagers qui acceptent de ne pas embarquer. En se basant sur des chiffres officiels émanant du Département américain des transports, Quartz relevait qu’en 2016, Delta avait versé en moyenne… 9 dollars à des passagers victimes de «surbooking». Loin des 459 dollars offerts par JetBlue Airways ou des 453 dollars donnés par Virgin America, mais très proche des 31 dollars de United.

Et encore, ces montants ont été versés tant à des passagers volontaires qu’à des passagers qui ont été forcés de renoncer à leur vol. Si l’on ne s’intéresse qu’à des volontaires, le montant moyen versé par Delta n’a été que de huit cents en 2016. C’est toujours huit cents de plus que United et American Airlines, qui n’ont rien versé en cash.

Cartes cadeau

La raison: ces compagnies dédommagent leurs clients avant tout via des cartes cadeau, valables par exemple chez American Express ou le site de vente en ligne Target. Les compagnies aériennes offrent aussi des cartes pour leurs propres services. Et ces montants peuvent atteindre des records: début avril, une femme racontait comment elle avait gagné 11 000 dollars en carte cadeau en s’annonçant, avec son mari et sa fille, volontaire pour renoncer à plusieurs vols chez Delta.

Et pour les passagers suisses? Depuis le 1er décembre dernier, les compagnies suisses et les appareils au départ de la Suisse doivent verser des indemnités allant jusqu’à 960 francs – selon la distance – aux voyageurs victimes de surréservation.

Publicité