Les tarifs des analyses médicales sont beaucoup plus élevés en Suisse par rapport à d’autres pays européens. Selon les calculs du Surveillant des prix, le potentiel d’économies dépasse un milliard et demi de francs par année.

Les dix analyses médicales engendrant le plus de coûts en Suisse ont été comparées par rapport à la France, l’Allemagne et les Pays-Bas. Il en ressort que « tous les tarifs suisses examinés sont plus élevés qu’à l’étranger » et que, dans certains cas, les différences sont « démesurées », indique jeudi le Surveillant des prix dans un communiqué.

Il cite un examen sanguin 31 fois plus cher dans un cabinet médical en Suisse qu’en Allemagne. Autre exemple, l’analyse de la créatinine (notamment pour le dépistage et le suivi de l’insuffisance rénale), est 18 fois plus chère qu’en Allemagne.

Relire: La Suisse, îlot de cherté des tests anti-covid

Pour les dix différentes analyses examinées, les laboratoires spécialisés en Suisse sont en moyenne 2,3 fois plus chers que dans les trois autres pays. Pour les cabinets médicaux, les tarifs sont en moyenne 4,5 fois plus élevés.

Au vu de ces différences, le potentiel d’économies pour les assureurs-maladie suisses dépasse un milliard de francs pour l’année 2020. Pour les ménages privés, les dépenses pourraient être réduites d’un demi-milliard.

Recommandations

Le Surveillant des prix remarque que les autres pays, contrairement à la Suisse, ont déjà mené « des réformes structurelles profondes » en matière d’analyses médicales. Grâce à une « forte concentration » du secteur et une « professionnalisation » des prestations, « les analyses médicales sont aujourd’hui fournies en France et en Allemagne par des structures plus efficientes (grands laboratoires) et à des tarifs moins élevés », poursuit le communiqué.

Dans le cadre de la révision de la liste des analyses (projet « transAL 2 »), Monsieur Prix a émis deux recommandations au Département fédéral de l’intérieur (DFI). Il demande de fixer les tarifs sur la base d’une comparaison internationale, « comme c’est le cas pour les médicaments et les moyens auxiliaires », précise-t-il. Il suggère aussi de réexaminer la différenciation des tarifs entre les cabinets médicaux et les laboratoires spécialisés.