Livre

Comment survivre à l’âge de la blockchain

Attention à ne pas réduire la blockchain au bitcoin. Cette technologie pourrait changer le fonctionnement de nos sociétés. Comment affronter cette révolution? Un professeur de l’IMD et un pionnier de la blockchain répondent dans un ouvrage éclairant

La blockchain, que l’on peut voir comme une nouvelle forme de connexion entre les individus, va révolutionner l’économie et la société. A l’occasion d’un congrès* organisé à Palexpo en janvier, dont «Le Temps» est partenaire, les enjeux de cette technologie seront décryptés.

A ce sujet, lire aussi: 

Faut-il y voir un accès de fièvre techno et de hype? Bien évidemment. Et c’est heureux, disent en substance les deux auteurs du livre Block change! How to survive the crypto economy (2018, Editions TROI Studio/IMD). Car il pourrait bien s’agir d’une révolution comparable à celle du world wide web. Ceux qui s’en désintéressent prennent en tout cas un sacré risque.

L’un des auteurs, Arturo Bris, est professeur à l’IMD, à Lausanne, où il a succédé à Stéphane Garelli à la tête du fameux World Competitiveness Center. L’autre, Redmer Huizinga, est un consultant néerlandais. Avec plus de 15 projets pilotes publics et privés, il peut se targuer d’avoir les mains dans le cambouis de la blockchain. Cet ouvrage nous emmène ainsi au-delà de l’omniprésence du bitcoin dans une exploration de la nouvelle Nouvelle Economie.

Guide de survie

Disons-le d’emblée: l’ambition des deux auteurs n’est pas d’initier le lecteur aux subtilités purement technologiques de la blockchain, mais de montrer par des exemples concrets qu’aucun secteur de l’économie ou de la société n’est épargné. Qu’elle soit privée ou publique, la blockchain a pour vocation de supprimer tous les intermédiaires. Y compris les Uber et autres Google – ces disrupteurs pourraient à leur tour se faire disrupter. Au cœur de la blockchain, ce qu’on appelle une organisation autonome décentralisée (en anglais DAO pour Decentralized Autonomous Organization). Comment faire le pas? Dans un chapitre titré «Disruption 2.0», les auteurs proposent une forme de guide en huit préceptes pour survivre (et prospérer) à l’âge de la blockchain, dont la Mecque, pour une fois, n’est pas la Silicon Valley.

Consultez notre dossier: De la blockchain aux monnaies virtuelles

«L’Europe reste le leader du monde de la blockchain», lit-on. L’Estonie pour ses applications dans le domaine de la cyberadministration et de l’e-gouvernement, l’Allemagne, l’Espagne qui abrite Aragon, l’une des entreprises de la blockchain les plus connues. Et le canton de Zoug, dont le gouvernement a été le premier à accepter des paiements en cryptomonnaies.

A quelle vitesse la blockchain va-t-elle développer ses effets? Dix, vingt, trente ans… On ne sait pas encore. Car il existe quelques obstacles. La technologie, qui n’est pas encore complètement mûre. La législation, ensuite: on voit bien déjà le temps nécessaire à l’encadrement d’un ovni comme Uber. La blockchain, c’est encore autre chose. La question cruciale, enfin, de son acceptation par une majorité de la population. Mais pour commencer, il faut comprendre de quoi il retourne. Ce livre offre des explications précieuses dans un style enlevé et provocant.

«Block change! How to survive the crypto economy», d'Arturo Bris et Redmer Huizinga (2018, Editions TROI Studio/IMD).


Geneva Annual Blockchain Congress, le 21 janvier 2019 à Palexpo, voir le programme sur www.genevablockchaincongress.com

Explorez le contenu du dossier

Publicité