Ce qui frappe, c’est l’odeur. Lundi, en pénétrant dans les étages du quartier général de Swatch Group à Bienne, on s’attendait à sentir les effluves caractéristiques des cigares de Nick Hayek. Cette fois, elle est remplacée par celle, tout autant identifiable, du liquide hydroalcoolique.

Lire aussi: Nick Hayek: «Swatch a changé de vocation» (19.04.2019)