Horlogerie 

Swatch Group quitte Baselworld

Le numéro un mondial de l’horlogerie quitte la foire horlogère de Bâle, selon la «NZZ am Sonntag». La manifestation «n’a plus de sens» pour le groupe, affirme son directeur général Nick Hayek, qui justifie ce retrait par des coûts «inutiles» et l’évolution du marché

Swatch est le dernier groupe en date à annoncer son retrait du Salon international de l’horlogerie, de la bijouterie et de la joaillerie Baselworld à partir de 2019. Principal exposant et occupant l’essentiel du salon depuis des années avec la quasi-intégralité de ses 18 marques, il pourrait créer, avec cette annonce, un effet domino sur les autres grands noms du secteur.

Le directeur général du numéro un mondial de l’horlogerie, Nick Hayek, justifie sa décision dans les pages de la NZZ am Sonntag ce dimanche 29 juillet, estimant que «les foires horlogères traditionnelles n’ont plus de sens pour Swatch».

Lire aussi: Swatch enregistre des ventes record au premier semestre

Un manque «de courage»

Ce dernier souligne qu’aujourd’hui, compte tenu de l’évolution du marché et des plateformes de communication entre clients et professionnels du secteur, ce type de manifestation n’est «plus utile».

«Les foires horlogères annuelles, telles qu’elles existent à l’heure actuelle, n’ont plus beaucoup de sens. Cela ne veut pas dire qu’elles n’ont plus lieu d’être. Mais il convient de se réinventer, d’apporter des réponses adaptées, de faire preuve de plus de dynamisme et de créativité. Ce que les foires ne parviennent pas à faire pour l’instant», affirme la direction.

Nick Hayek note au passage que son entreprise «n’est pas là pour amortir une salle coûteuse»: «La société MCH Group [qui organise Baselworld] est clairement plus préoccupée et intéressée par l’optimisation et l’amortissement de son nouveau building, d’ailleurs largement financé par l’horlogerie durant les foires, que par la mise en place de vrais pas en avant courageux et l’apport de réels et profonds changements.»

Lire aussi: Michel Loris-Melikoff: «Nous allons nous efforcer de faire revenir Swatch»

Repenser la manifestation

Les répercussions d’un tel retrait seront lourdes pour Baselworld étant donné la place qu’occupait jusqu’à maintenant Swatch Group dans la manifestation. Conscient de l’importance d’un renouvellement rapide, le patron de l’exposition, Michel Loris-Melikoff, souhaite toutefois que la foire 2019 «soit aussi attrayante que possible dans un nouveau style et dans une nouvelle façon de penser».

Lire également: En pleine révolution, Baselworld change de patron

A l’issue de l’édition 2018, qui avait attiré un nombre stable de visiteurs mais avait été raccourcie de deux jours par rapport aux précédentes éditions, la direction de l’exposition soulignait déjà l’importance du changement d’un événement souvent jugé trop cher, trop déconnecté des attentes des marques, des médias et du public. «A cause d’internet, Baselworld n’est plus la plateforme de commande et de communication comme par le passé», lançait alors René Kamm, le directeur général du groupe MCH.

Pourtant, la révolution se fait attendre et des rumeurs laissaient déjà entendre au printemps que plusieurs marques hésitaient à revenir en 2019.

L’exposition, née en 1917 dans le cadre de la Muba, la foire aux échantillons, est devenue un salon européen avant de s’affirmer comme un événement mondial de l’horlogerie et de la joaillerie. Ce statut est actuellement remis en cause: l’annonce de Swatch Group rebat les cartes et laisse planer le doute sur la stratégie des autres «piliers» du secteur que sont Rolex, Patek Philippe, Chopard ou LVMH.

Publicité