Swiss Re est parvenu à dégager un bénéfice net de 421 millions de dollars l'an dernier, malgré des débours massifs sur la fin de l'exercice. Les fonds propres se sont érodés de 16,3% à 27,93 milliards de dollars.

Le conseil d'administration proposera aux actionnaires un dividende relevé de 60 centimes, à 5,60 francs et leur soumettra un nouveau plan de rachat d'actions. Hors impact d'un changement de norme comptable, le bénéfice net se serait élevé à 894 millions. Les primes brutes ont atteint 36,41 milliards de dollars, soit 4,7% de plus qu'un an auparavant.

Analystes déçus

Le ratio combiné, soit le rapport entre primes encaissées et remboursements accordés aux clients, a été sensiblement amélioré dans le segment Property and Casualty (P&C), à 104,0% contre 111,5% un an plus tôt. L'unité a dans la foulée retrouvé la voie de la rentabilité, avec un bénéfice de 370 millions contre une perte de 413 millions en 2017.

Les solutions pour entreprises (Corso) ont également relevé la tête, avec un ratio combiné de 117,5% contre 133,4%. Le rétablissement est toutefois demeuré insuffisant pour renouer avec l'équilibre. Le déficit a été ramené à 405 millions, contre 741 millions.

Lire également: Les assureurs suisses demandent une standardisation des investissements durables

Les analystes anticipaient une performance plus reluisante sur presque tous les fronts. Le bénéfice net était ainsi attendu à 608 millions de dollars, les fonds propres à 28,54 milliards, les ratios combinés de P&C et de Cors à respectivement 103,9% et 107,8%. La rémunération offerte aux actionnaires, anticipée au mieux à 5,40 francs constitue l'unique bonne surprise.