A la faveur de la faible incidence de catastrophes naturelles et des gains uniques, Swiss Re a fortement accru sa rentabilité au 3e trimestre 2011. Le réassureur zurichois a plus que doublé son bénéfice net à 1,35 milliard de dollars (1,3 milliard de francs), contre 618 millions un an plus tôt.

Les éléments exceptionnels - issus de gains sur des placements, de la dissolution de réserves et de taux d’imposition plus bas - se sont montés à 700 millions de dollars, a précisé jeudi lors d’une conférence téléphonique George Quinn, le chef des finances de Swiss Re. Hors effets uniques, le bénéfice net s’est inscrit entre 650 et 700 millions de dollars, a-t-il ajouté.

La performance a ainsi nettement dépassé les attentes des analystes, lesquels, consultés par l’agence financière AWP, escomptaient en moyenne un bénéfice net de 534 millions de dollars, soit un résultat en repli au regard du 3e trimestre 2010. Outre un rentabilité accrue, les experts ont aussi salué la hausse des recettes.

Les primes encaissées par la compagnie zurichoise ont ainsi crû de 14% à 5,74 milliards de dollars. Dans le segment Dommages, Responsabilité civile et Accidents (Property & Casualty), elles ont on progressé de 18% à 3,4 milliards de dollars.

La croissance reflète les succès rencontrés dans le cadre de renouvellements de contrats et les nouvelles affaires souscrites cette année, en particulier en Asie. Le ratio combiné, soit le rapport entre les sinistres et les frais d’une part et les primes d’autre part, s’est amélioré, passant en l’espace d’un an de 76,4% à un «solide» 80,8%.

Comme ses concurrents, Swiss Re a aussi bénéficié des augmentations de prix, ceux-ci ayant augmenté après une longue phase de repli, a noté George Quinn. Une évolution à laquelle l’intérêt accru pour les assurances contre les dommages naturels, après les catastrophes intervenues en début d’année, n’est pas étranger. Et cette tendance devrait se poursuivre à la suite des inondations en Thaïlande.

Dans l’unité Vie et Santé (Life & Health), les revenus des primes et des commissions se sont étoffés de 6,8% à 2,34 milliards de dollars. La hausse illustre l’expansion des affaires vie et santé traditionnelles en Asie et de l’assurance vie traditionnelle en Amérique.

A l’image des analystes, les investisseurs ont réservé un accueil favorable à la performance du numéro deux mondial de la réassurance derrière l’allemand Munich Re. Vers 10h50 à la Bourse suisse, le titre Swiss Re s’envolait de 4,98% par rapport à la clôture de la veille à 48,50 francs, dans un marché des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) en infime repli de 0,09%.

Après neuf mois en 2011, le bénéfice net de Swiss Re ressort ainsi à 1,64 milliard de dollars, soit à peu de chose près le même niveau que les 1,59 milliard de dollars dégagés un an auparavant. Quant aux revenus, ils atteignent au total 19,72 milliards, contre 21,57 milliards à fin septembre 2010.

Pour mémoire, Swiss Re a essuyé au premier trimestre 2011 une perte de 665 millions de dollars, sous l’effet d’importantes catastrophes naturelles avec les tremblements de terre au Japon et en Nouvelle Zélande ainsi que les inondations en Australie. La situation s’est présentée sous un jour plus favorable aux 2e et 3e trimestres.

Entre juillet et septembre, le rendement des capitaux propres a bondi à 20,5%, contre seulement 9,5% au 1er trimestre 2010. Par rapport au trimestre précédent (avril-juin 2011), les fonds propres se sont étoffés de 3 milliard de dollars à 27,8 milliards, assurant à Swiss Re une très bonne couverture de capital, selon George Quinn.

Evoquant la suite de l’exercice, Swiss Re fait néanmoins preuve de prudence. Les graves inondations qui affectent actuellement la Thaïlande ne permettent pas de livrer des prévisions claires.

Toutefois, au vu de la volatilité affectant les marchés financiers consécutive aux actuelles incertitudes économiques, le réassureur zurichois entend continuer à maintenir une approche conservatrice dans sa gestion d’actifs. L’exposition de Swiss Re à la dette des pays de la zone euro, demeure faible, à 74 millions de dollars.