Le retournement est spectaculaire pour la société dont l’action a présenté, avant la présentation du résultat, la pire performance de l’indice SMI en avril. Le groupe Swiss Re, dorénavant présidé par l’ancien patron d’UBS Sergio Ermotti, publie vendredi un bénéfice net de 333 millions de dollars au premier trimestre (303 millions de francs). Le résultat contraste vivement avec la perte de 225 millions de dollars l’an dernier pour la même période et surtout avec celle de 65 millions attendue par les analystes. «Ce sont de très bons résultats. Sont-ils durables? Sans doute, du fait de la baisse attendue des dépenses liées à la pandémie», indique Vontobel dans une note. Dans un communiqué, le groupe précise que sans le Covid-19, le bénéfice net atteindrait 843 millions de dollars. En bourse, le titre s'apprécie de 4%. 

Pourtant, les pertes liées au Covid-19 atteignent 643 millions de dollars, en raison de la mortalité aux Etats-Unis, la plus élevée depuis le début de la pandémie. Les dépenses dues à des catastrophes naturelles, notamment une tempête hivernale majeure aux Etats-Unis, s’élèvent à 426 millions.