Si plusieurs Etats tremblent pour leur rating, Swiss Re est dans une situation inverse. Son redressement est largement accompli et le groupe suisse attend un relèvement de sa note à AA. Il devrait survenir dans quelques mois. Les agences voulaient que Swiss Re fasse preuve d’une solide performance opérationnelle. Les résultats du deuxième trimestre vont clairement dans ce sens. Stefan Lippe, président de la direction générale, a en effet présenté jeudi à la presse un bénéfice opérationnel en hausse de 118% à 993 millions de dollars, grâce à une solide croissance des affaires dans tous les secteurs et une nette baisse du coût des sinistres. Tous les grands sinistres ont en effet concerné le premier trimestre, y compris les tremblements de terre au Japon (coût de 1,22 milliard) et en Nouvelle-Zélande (885 millions).

Swiss Re fait mieux que le leader du marché puisque Munich Re a présenté hier des résultats inférieurs aux attentes. Le bénéfice du groupe allemand n’a progressé de 4% qu’en raison d’un facteur fiscal. Le bénéfice net de Swiss Re est pour sa part près de deux fois supérieur aux attentes. Il s’est élevé à 960 millions de dollars. L’action est d’ailleurs la meilleure du SMI jeudi. A l’aune de presque tous les critères de performance, le résultat est satisfaisant. Ainsi, malgré le versement de 1 milliard de dollars de dividendes, les fonds propres sont légèrement en augmentation à la fin juin.

Dans l’activité non-vie, le taux combiné, qui met en relation le coût des sinistres et des frais généraux par rapport aux primes, est de seulement 78,4%, contre 102% au deuxième trimestre 2010. Plus il est faible et plus l’activité est profitable.

Le groupe montre qu’il a bien maîtrisé les turbulences des marchés financiers. Le rendement des investissements est de 4,3% (en dollars). L’exposition aux risques souverains de l’Europe périphérique a été fortement réduite pour ne représenter que 0,05% des actifs (voir ci-dessous).

Enfin, le groupe a bel et bien tourné la page de la restructuration pour s’orienter vers les opportunités de croissance. Les recettes de primes sont en hausse de 12,6% à 2,8 milliards de dollars. Et à taux de change constant, la hausse est de 7,1%.

Les renouvellements de contrats de juillet ont confirmé la tendance observée en janvier et avril. D’une part, le cycle de la réassurance redevient favorable dans le sens où la demande augmente, par exemple pour les catastrophes naturelles, et les tarifs sont mieux orientés. D’autre part, Swiss Re gagne des parts de marché. En juillet, la croissance de Swiss Re atteint 8% à taux de change constant et les prix des contrats sont en hausse de 5%. Depuis le début de l’année, le portefeuille de contrats s’est accru de 20% à 12 milliards, et les prix ont été stabilisés.