La compagnie aérienne Swiss a une nouvelle fois inscrit des chiffres rouges en 2021, une année toujours placée sous le signe de la pandémie, mais s’en sort tout de même mieux qu’en 2020.

La compagnie nationale a inscrit l’an dernier une perte opérationnelle de 427,7 millions de francs, contre 653,8 millions en 2020, selon un communiqué publié jeudi. Le résultat opérationnel a progressé de 13,7% à 2,1 milliards de francs, avec une nette amélioration au quatrième trimestre, qui a permis de dégager un flux de trésorerie positif.

Un nombre de passagers en hausse de plus de 20%

En 2021, Swiss a transporté près de six millions de passagers, soit 22,6% de plus qu’en 2020, et opéré plus de 56 000 vols, une progression de 17,3% par rapport à l’exercice précédent. La demande s’est redressée l’été dernier, tandis que l’activité fret reste dynamique, note Swiss.

Le processus de transformation de l’entreprise se poursuit. En 2022, Swiss entend renforcer ses capacités pour atteindre 80% du niveau de 2019 et «stabiliser le plan de vol», a indiqué le directeur général Dieter Vranckx, cité dans le communiqué.

Au niveau des liquidités, Swiss a utilisé 85% du crédit de 1,5 milliard accordé par la Confédération dans le cadre de la pandémie. La compagnie a réduit ce montant en fin d’année. En 2022, Swiss entend réaliser un flux de trésorerie positif. Les restructurations doivent permettre d’économiser 500 millions de francs par an, selon Markus Binkert, directeur financier, cité dans le communiqué.

La rentabilité en 2023

Afin de s’adapter suite à la pandémie de coronavirus, Swiss a lancé en 2021 un programme de restructuration prévoyant de réduire la flotte de 15% et de supprimer 1700 postes de travail.

«Nous sommes en bonne voie pour adapter l’entreprise au nouveau contexte d’ici à 2023 et pour rétablir la rentabilité de Swiss», a déclaré le directeur général.

Lire aussi: Les compagnies aériennes devraient rester dans le rouge en 2022