Aéronautique

Swiss réfléchit à faire payer les repas à bord de ses vols genevois

Le patron de la compagnie Thomas Klühr dit vouloir ajuster son offre au bout du Léman. Il n’exclut pas de facturer aux passagers la nourriture consommée dans le cadre de courts trajets

Fini les repas gratuits à bord des vols Swiss? C’est en tous les cas une décision qui fait l’objet de réflexions, au départ et à destination de Genève. Si la compagnie envisage d’abolir ce service au bout du Léman, comme l’indique ce mardi la Handelszeitung, c’est surtout pour ajuster son offre aux conditions du marché qui n’a de cesse de se durcir.

«Il s’agit d’une mesure, encore au stade de la réflexion, qui ne concernerait que les trajets paneuropéens et nationaux», confirme une porte-parole du transporteur helvétique. A Genève, Swiss dessert pour l’heure 33 destinations sur le continent. Pour un seul vol long-courrier quotidien (Genève-New York).

Chiffres toujours dans le rouge

S’agit-il d’une mesure d’économies, face à la concurrence acharnée d’EasyJet, accaparant plus de 42% des parts du trafic à Cointrin? «Non, il s’agit d’améliorer l’expérience passagers», rétorquent les services de communication de la compagnie helvétique. Et ces derniers d’insister: «Dans le cadre d’un examen toujours en cours, plusieurs options ont été avancées, mais aucune décision n’a encore été prise.»

Entré en fonction en février 2016, le directeur général de Swiss, Thomas Klühr, a déploré ce printemps les pertes subies dans les opérations de la compagnie à Genève Aéroport. «Même si la situation s’est améliorée, les chiffres restent rouges au bout du Léman», avait-il alors déclaré.

Publicité