Swiss sera à coup sûr rentable pour la première fois de son histoire. Tel est l'un des messages lancés avec un sourire par Christoph Franz, patron du transporteur helvétique, peu avant la réception d'un nouvel appareil A330 lundi sur le tarmac de l'aéroport de Zurich.

Mieux encore: «Nous sommes en avance sur nos objectifs. Notre croissance est supérieure à celle de notre industrie», a-t-il souligné. En d'autres termes, Swiss devrait enregistrer un résultat opérationnel supérieur à 200 millions de francs cette année, grâce essentiellement à une restructuration qui porte ses fruits et un taux de remplissage en constante amélioration: entre les neuf premiers mois de 2004 et la même période en 2006, il est passé de 75% à 79,8%.

550 nouveaux emplois

Conséquence du départ définitif de la compagnie helvétique de la zone de turbulence, Swiss va étendre sa flotte dans les deux années à venir. En plus de deux avions de type A330 opérationnels dès la mi-décembre, la compagnie helvétique compte acquérir trois avions de type A 340 pour sa flotte long-courrier. «Notre choix de destination n'est pas encore arrêté. Mais nous scrutons attentivement les marchés de croissance que sont l'Inde, la Chine et l'Amérique du Nord», précise Christoph Franz.

Après avoir passé par une cure d'amaigrissement drastique, Swiss réengage. Dans les deux prochaines années, la compagnie helvétique, qui a réalisé de meilleurs résultats que sa grande sœur Lufthansa au premier semestre, compte recruter 300 collaborateurs. Ces derniers feront exclusivement partie du personnel navigant. Ils s'ajouteront à la création de 250 emplois annoncés récemment et liés à l'achat de nouveaux appareils.

Parallèlement à l'extension de son réseau, Swiss devrait dépasser pour la première fois cette année le cap de 10 millions de passagers transportés.