Aux côtés de Meyer Burger et d'OC Oerlikon, Swiss Solar Systems (3S) est une des sociétés suisses cotées les mieux profilées pour tirer parti de l'essor de l'énergie solaire. Jeudi, la firme bernoise a annoncé le rachat de la société allemande Somont pour un maximum de 70 millions d'euros.

Fondée en 2001, 3S est, d'une part, active dans la fabrication de modules solaires intégrés dans les bâtiments. D'autre part, la société basée à Lyss met à disposition d'entreprises tierces des équipements de production pour la fabrication et le montage d'installations photovoltaïques. C'est dans ce dernier segment que la firme bernoise a accéléré récemment son expansion. D'abord leader dans les installations de laminage, 3S a ainsi racheté en juillet 2007 l'entreprise neuchâteloise Belval, spécialisée dans les systèmes de test pour cellules solaires, dont les solutions sont commercialisées sous la marque Pasan.

Avec le rachat de Somont, 3S ajoute une corde supplémentaire à son arc. Cette société basée près de Freiburg est spécialisée dans les automates de soudage des cellules en rubans. L'acquisition de Somont représente un «saut quantique» pour 3S, estime son CEO, Patrick Hofer-Noser. «Les collaborations de Somont avec le centre de recherche ISE à Freiburg, spécialisé dans l'énergie solaire, lié à l'institut Frauenhofer, à quoi s'ajoutent les contacts entretenus entre notre filiale Pasan et l'Institut microtechnique de Neuchâtel, constituent une excellente base pour le développement futur de 3S», explique ce dernier lors d'un entretien accordé au Temps.

Pas plus de sept fois l'EBIT

Côté financement, le prix de la transaction ne dépassera pas sept fois le résultat opérationnel (EBIT) réalisé par Somont en 2008, avec un plafond fixé à 70 millions d'euros. Pour financer ce rachat, 3S proposera lors de sa prochaine assemblée générale du 25 juin une augmentation de capital d'une valeur nominale de 4 millions de francs.

En mains privées, Somont ne communique pas publiquement ses résultats jusqu'à présent. Mais suite à ce rachat, le chiffre d'affaires de 3S va dans tous les cas dépasser «significativement» ses estimations précédentes pour l'exercice 2008. Fin avril, 3S prévoyait pour cette année un chiffre d'affaires de 60 millions de francs et une marge opérationnelle «d'environ 10%». «La marge opérationnelle de 3S sera influencée positivement par l'acquisition de Somont», précise la société bernoise. En 2007, les ventes de 3S ont atteint 26,3 millions de francs, après 11,56 millions en 2006.

L'entreprise va-t-elle continuer de progresser à un rythme aussi fulgurant? «Nous évoluons dans une industrie qui croît à un rythme de 30% par année. Notre propre croissance est en phase avec le reste du secteur. Nous fournissons nos solutions aux plus grandes entreprises de la branche», poursuit Patrick Hofer-Noser. Il précise en outre que, suite à cette acquisition, les effectifs augmenteront dans les deux sociétés. D'autres rachats sont-ils envisagés par 3S? «La priorité va d'abord à l'intégration des entreprises acquises et à la poursuite de notre croissance organique.»

3S reste à la bourse de Berne

La société 3S ne se sent-elle désormais pas à l'étroit à la bourse de Berne? «En fonction de la taille que va atteindre l'entreprise, il est possible que la cotation de la société soit un jour transférée sur le segment principal de la bourse suisse. Mais pour l'instant, nous restons à la bourse de Berne», assure Patrick Hofer-Noser.

Quoi qu'il en soit, l'annonce a profité à l'action 3S, qui a bondi de 15% à 24,50 francs jeudi.