Premier prix à Sottas, le constructeur métallique basé à Bulle. Deuxième prix à Gainerie Moderne, l’étonnant fabricant de coffrets et présentoirs pour l’horlogerie et autres industries du luxe basé à Givisiez. Les Fribourgeois avaient de quoi se réjouir jeudi quand les noms des lauréats du 4è prix Swiss Venture Club ont été dévoilés devant un millier d’invités au Palais de Beaulieu à Lausanne et sur la Télé.

Capital-risque

Elca, leader suisse du logiciel basé à Lausanne, est classé troisième. Les trois autres nominés – Décision SA à Ecublens (VD), la régie Naef à Genève et le fabricant de matelas et literie haut de gamme Elite à Aubonne sont 4èmes ex aequo.

Belle cuvée, de l’avis du jury, d’autant plus que les candidats visités cette année avaient subi l’épreuve du feu de la crise. «Nous avons été surpris par la capacité des PME à réagir à des conditions difficiles, déclaré Pierre-Olivier Chave, qui le présidait pour la quatrième et dernière fois.» Cette qualité, Bernard Sottas l’incarnait un peu plus que les autres. A un journaliste de la Télé qui lui demandait avant la sélection finale en quoi il pensait mériter le prix, il a répondu: «Le travail. Trente ans de travail». A quoi sa société allie tout de même maîtrise technique, sens de l’innovation et forte implication locale.

Le Swiss Venture Club ne fait pas que donner des prix: avec Credit Suisse, il vient de constituer un fonds de capital-risque doté de 100 millions de francs. Quelque 80 dossiers ont déjà été reçus et seront examinés par un comité de sélection présidé par Andreas Koopmann.