Swissair, ainsi que British Airways et la compagnie allemande Lufthansa ont été retenues pour la poursuite des négociations concernant la privatisation de 10% des parts des lignes aériennes polonaises LOT, a indiqué hier le Ministère polonais du trésor.

L'offre porte sur l'achat de 207 000 actions au prix nominal de 100 zlotys, soit l'équivalent de 40 francs suisses. Le candidat retenu devrait être connu d'ici à la fin août, tandis que la première étape de la privatisation de la société devrait s'achever avant la fin de l'année. Après une augmentation du capital, le partenaire étranger pourra détenir jusqu'à 38% des parts de la LOT. L'étape suivante devrait s'achever d'ici deux à trois ans, prévoit Varsovie. A son issue, le capital polonais devra détenir plus de 51% des parts de la LOT, tandis que l'Etat gardera une participation de blocage.

A l'heure des alliances aériennes mondiales, l'entrée d'un partenaire étranger dans la LOT et l'augmentation de son capital restent une question de première importance pour la compagnie. Selon les estimations, la société aura besoin d'environ 250 millions de dollars pour assurer son développement, dans les années à venir. Elle doit notamment assumer de «lourds coûts financiers engagés dans le leasing de ses appareils neufs», explique son porte-parole Leszek Chorzewski. «Au début des années 90, nous avions le choix entre disparaître du marché ou nous moderniser rapidement», poursuit-il. La LOT a choisi cette deuxième voie.

Entièrement équipée en avions de fabrication soviétique il y a encore dix ans, la compagnie dispose aujourd'hui d'une des flottes aériennes les plus modernes du monde. Composée principalement des Boeing et des appareils franco-italiens ATR-72, elle s'est enrichie cette semaine du premier des six avions Embraer de production brésilienne commandés pour environ 100 millions de dollars.

Le Ministère polonais du trésor espère aussi que le repreneur de la LOT permettra à la compagnie d'entrer dans une des alliances mondiales. British Airways est un des leaders Oneword, tandis que Lufthansa est un des chefs de file de la Star Alliance. Le transporteur suisse s'est associé, quant à lui, à une quinzaine de compagnies aériennes, dont la Sabena belge et le transporteur autrichien.

Présente dans les principaux aéroports européens, ainsi que dans plusieurs villes en Amérique du Nord, la compagnie polonaise a transporté l'année dernière près de 2,6 millions de passagers.