Trimestre après trimestre, Swisscom insiste de plus en plus sur un chiffre: le manque à gagner lié à la concurrence et à la baisse globale des prix. Sur les neuf premiers mois, le chiffre est de 220 millions, a annoncé mercredi l’opérateur. Or Swisscom multiplie les tentatives pour compenser ces pertes. Après le rachat d’une société de recouvrement la semaine passée, l’opérateur a annoncé mardi la vente prochaine de jeux vidéo via Bluewin TV. «D’ici à trois ans, notre objectif est que ces activités compensent entièrement le manque à gagner lié à la baisse des prix, affirme Carsten Schloter, directeur de Swisscom. Non seulement nos nouvelles activités auront progressé, mais en plus la baisse des prix se sera stabilisée.»

L’opérateur, qui présentait mercredi des résultats trimestriels stables, mise ainsi beaucoup sur Bluewin TV. En un an, le nombre de ses clients a doublé, passant à 186 000. «Nous n’allons pas en rester là. Maintenant que nos soucis techniques sont résolus, nous pouvons facilement viser la barre de 500 000 clients d’ici à cinq ans, voire davantage. Bien sûr, nous profitons aussi de la faiblesse momentanée de notre grand concurrent [ndlr: Cablecom]», poursuit Carsten Schloter. Alors que Cablecom n’a pas encore lancé de service de film à la demande en Suisse romande, d’autres concurrents se profilent. «Nous allons certainement bientôt faire face à Apple, voire Microsoft qui vendront des films en Suisse. Les distributeurs de ces œuvres vont permettre leur diffusion plus rapide: à nous de rester les premiers sur ce marché», estime le directeur de Swisscom.

Ne pas imiter Orange

Une diversification dans le recouvrement, une activité bien éloignée du métier des télécoms, fait-elle vraiment sens? «Oui, car nous possédions déjà notre propre activité de recouvrement, qui avait réussi à conquérir de nombreux clients externes. Développer cette activité est donc logique», affirme Carsten Schloter.

En téléphone mobile, l’opérateur a vu le nombre de ses clients progresser de 4,9% sur neuf mois à 5,543 millions. De son côté, Orange, lors de son troisième trimestre, a perdu 2000 clients – alors qu’il vend lui aussi l’iPhone. Depuis juillet 2008, Swisscom, lui, a vendu 330 000 téléphones d’Apple. L’opérateur compte-t-il imiter Orange, qui fait payer depuis peu des services tels que le transfert de données entre deux téléphones? «C’est exclu. Nous avons connu une expérience désastreuse à ce sujet il y a cinq ou six ans. Les clients paient déjà une prime en étant chez Swisscom, donc notre qualité de service doit être irréprochable», conclut Carsten Schloter.