Qui dit réseaux télécoms pense aujourd’hui le plus souvent à la 5G. Mais dans l’ombre de ce réseau mobile, Swisscom investit en parallèle sur le fixe. Jeudi, à l’occasion de la présentation de ses résultats annuels, l’opérateur a annoncé une accélération du déploiement de la fibre optique. Cette nouvelle pourrait profiter à d’autres opérateurs, tels que Sunrise ou Salt, qui louent une partie de son réseau.

Jusqu’à présent, Swisscom s’était fixé comme objectif de fournir un débit internet minimum de 80 Mbit/s à 100% des communes et 90% des ménages et commerces en Suisse d’ici à 2021. Jeudi, il s’est fixé un nouveau but: doubler la couverture en fibre optique jusqu’aux logements et commerces pour en servir 50 à 60% d’ici à 2025, soit environ 1,5 million de raccordements. Il existe aujourd’hui plusieurs types de connexion en fibre, tel le FTTS («fiber to the street») et le FTTH («fiber to the home»). C’est pour le FTTH que Swisscom s’est fixé ce nouvel objectif: il ne s’agira plus seulement d’amener la fibre dans les rues, mais plus loin, dans les maisons.

Plusieurs effets

L’opérateur promet ainsi des débits internet allant jusqu’à 10 Gbit/s pour ces 50 à 60% de logements et commerces. Et 30 à 40% d’autres raccordements bénéficieront quant à eux de vitesses maximales comprises entre 300 et 500 Mbit/s, toujours d’ici à 2025, notamment grâce à l’amélioration de la bande passante sur les réseaux traditionnels en cuivre.

Avec ces débits plus élevés, Swisscom compte demeurer concurrentiel par exemple à UPC, qui a récemment annoncé un débit de 1 Gbit/s pour tous ses clients. L’opérateur historique veut aussi consolider sa base de 2,033 millions d’abonnés internet. Enfin, Swisscom gagne de l’argent grâce aux fibres que lui louent notamment Sunrise et Salt. Ce dernier se plaint régulièrement de ne pouvoir couvrir qu’environ un tiers de la population avec son offre sur fibre: l’extension du réseau annoncée par Swisscom doit lui permettre d’étendre sa couverture.

Lire aussi: Swisscom lance la 5G partout… mais pas pour tous

Investissements stables

L’opérateur, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 11,45 milliards de francs (-2,2%) en 2019, pour un bénéfice de 1,67 milliard (+9,7%), va maintenir sa politique d’investissements – environ 550 millions seront consacrés à la fibre cette année. L’année passée, il avait investi 1,77 milliard (+7,6%) en Suisse (dont 196 millions pour les licences 5G) et l’opérateur prévoit des dépenses similaires en 2020.

En 2019, 17% des investissements étaient destinés au réseau mobile. Et ce pourcentage ne sera pas plus élevé cette année – l’opérateur prévoit environ 270 millions pour 2020 –, vu les résistances auxquelles fait face l’opérateur dans plusieurs cantons. Les moratoires lui interdisent ainsi par exemple toute nouvelle mise en service d’antennes dans les cantons de Vaud, Neuchâtel et Genève. «Si l’on veut éviter que certaines régions de Suisse ne se retrouvent soudainement engorgées en termes de communication mobile, de nouveaux emplacements d’antennes ou la transformation d’installations existantes sont indispensables, avertit l’opérateur dans son communiqué. Un réseau mobile pleinement performant continuera d’être crucial pour le fonctionnement de la société et de l’économie suisses.»

Avertissement sur la 5G

L’opérateur fait aussi de la 5G un argument pour mieux servir les régions périphériques. «Nous constatons que des obstacles empêchent une progression rapide dans beaucoup de cantons. Pour que les régions rurales ne soient pas lésées en matière de haut débit par rapport aux régions plus denses, elles ont besoin d’être couvertes par les technologies mobiles de pointe», a averti ainsi jeudi Christoph Aeschlimann, responsable des réseaux chez Swisscom.


Réduction d’effectifs prévue en Suisse

Après avoir réduit ses effectifs en 2019, Swisscom prévoit de nouvelles coupes cette année en Suisse. L’opérateur a introduit, conjointement avec ses partenaires sociaux, un modèle de retraite partielle. L’opérateur a baissé l’année dernière ses effectifs à l’échelle du groupe de 2,7% à 19 317 collaborateurs à temps plein. En Suisse, les emplois à temps plein ont été réduits de 3,0% à 16 628, a indiqué le groupe jeudi. En prévision des réductions de coûts prévues ces prochaines années, Swisscom anticipe «une légère baisse des offres d’emploi en Suisse en 2020», a-t-il averti.

Le directeur général, Urs Schaeppi, a refusé de préciser à AWP le nombre de postes qui vont passer à la trappe cette année. Le patron a seulement indiqué que le nombre de collaborateurs allait légèrement reculer en Suisse cette année. En partenariat avec les syndicats Syndicom et Transfair, l’opérateur va introduire un modèle de retraite partielle pour 2020, permettant aux salariés de plus de 58 ans de réduire progressivement et à leur propre demande leur degré d’occupation sur deux ans. AWP