Swisscom et Sunrise ont enterré la hache de guerre. Ils ont trouvé un terrain d'entente sur le prix de l'interconnexion, le tarif que paient les concurrents de Swisscom pour utiliser son réseau. Faute d'infrastructure adéquate, ceux-ci sont en effet contraints de louer les lignes de Swisscom pour atteindre le domicile des particuliers et des clients commerciaux. Pour pouvoir concurrencer l'opérateur national, les concurrents de Swisscom réclamaient depuis une année des coûts d'interconnexion moins élevés. Aujourd'hui ils obtiennent en partie gain de cause puisque Sunrise vient de signer un accord avec Swisscom. Celui-ci, qui sera valable pour tous les trente opérateurs présents sur le marché, stipule que les prix de l'interconnexion pour 1998 baisseront, avec effet rétroactif, de 18%. Pour 1999, ces prix diminueront de façon encore plus marquée puisque le montant de la réduction atteint 26%.

«L'accord signé avec Swisscom nous satisfait, relève Stephan Howeg, porte-parole de Sunrise. Il s'agit d'un compromis pour lequel chaque partie a dû faire des concessions, mais nous espérons bien, lors de prochaines négociations, faire baisser une nouvelle fois ces prix.» Diax, l'autre gros concurrent de Swisscom, accueille également avec satisfaction ces nouveaux tarifs. «Obtenir de meilleurs prix aurait été très difficile même si ceux-ci sont encore supérieurs aux recommandations émises par la Commission européenne», explique Peter Stephani, porte-parole de Diax.

Baisses successives

Si Swisscom et Sunrise ont trouvé un terrain d'entente, c'est en partie grâce aux bons offices de l'Office fédéral de la communication (OFCOM). Pour pousser Swisscom à faire preuve de plus de souplesse, l'OFCOM avait publié en février de l'année dernière une étude mettant en évidence le fait que les prix d'interconnexion pratiqués par l'opérateur national étaient nettement plus élevés que dans la plupart des pays européens. Dans la foulée, Sunrise déposait une plainte auprès de la Commission de la communication (COMCOM). En avril, Sunrise obtenait un demi-succès puisque la COMCOM ordonnait à Swisscom de baisser ses tarifs d'interconnexion de 4% à 25%. Une baisse qui en appellera d'autres. Depuis un peu plus d'une année, les prix de l'interconnexion ont ainsi baissé d'environ 50%. Pour justifier sa position, Swisscom a toujours affirmé que ses prix étaient calculés en fonction de ses coûts effectifs. «Pour fixer ces tarifs, nous nous sommes basés sur le système comptable de la Confédération qui prévoit des amortissements étalés sur plusieurs années. Aujourd'hui nous utilisons cependant de nouvelles méthodes de calcul des coûts qui correspondent mieux à ce marché», explique Jacques Bettex, porte-parole de Swisscom. Il n'empêche, pour l'opérateur national ces baisses successives de prix vont entraîner un manque à gagner substantiel que l'augmentation du volume des télécommunications ne parviendra probablement pas à combler.

Reste à savoir si la bataille que se sont livrée les principaux opérateurs profitera aux consommateurs. Selon Peter Fischer, directeur suppléant de l'OFCOM, une baisse pourrait intervenir mais pas dans la même proportion que celle intervenue pour les prix de l'interconnexion. Dans l'immédiat en tout cas Sunrise ne va pas baisser ses tarifs car l'opérateur avait anticipé la baisse pour fixer ses prix. «Jusqu'à présent les liaisons courtes distances sont déficitaires», explique Stephan Howeg. Diax est moins catégorique. «Nous envisageons des baisses de prix, mais rien n'est encore décidé», affirme Peter Stephani. En fait c'est à plus long terme que les prix devraient baisser. A partir de l'an 2000, le prix des anciens investissements consentis par Swisscom pour constituer son réseau aura en effet moins de poids dans la fixation des tarifs d'interconnexion.