Télécommunication

Swisscom affiche des résultats stables en 2018

L’opérateur a enregistré un bénéfice net de 1,52 milliard de francs, en baisse de 3% par rapport à 2017, et un chiffre d’affaires de 11,71 milliards (+0,4%)

Swisscom a réalisé une performance légèrement supérieure aux attentes en 2018. Le bénéfice net s’affiche à 1,52 milliard de francs (-3% par rapport à 2017) pour un chiffre d’affaires de 11,71 milliards (+ 0,4%), alors que l’opérateur de télécommunications s’attendait à 11,6 milliards initialement.

«Swisscom a atteint les objectifs qu’elle s’était fixés et enregistre à nouveau une solide performance dans un environnement de marché exigeant», s’est félicité jeudi par communiqué Urs Schaeppi, le directeur général de l’opérateur de télécommunications.

Lire aussi: Swisscom supprime le roaming et attaque Sunrise et Salt

Le chiffre d’affaires est un peu au-dessus des prévisions du consensus AWP et des attentes formulées après neuf mois par l’opérateur historique. Le résultat opérationnel brut (Ebitda) s’est établi à 4,21 milliards de francs, en recul de 1,9% mais pile dans la cible des prévisions. Swisscom prévoit de le porter à 4,3 milliards en 2019.

Toujours plus de «pression sur les prix»

Pour cette année, le groupe anticipe une légère baisse de son chiffre d’affaires à 11,4 milliards de francs. D’une façon générale, il s’attend pour l’année en cours «à une intensification de la concurrence et à une forte pression sur les prix», dans un marché qui restera saturé.

Comme c’est le cas depuis plusieurs années, le dividende est maintenu à 22 francs et devrait également atteindre cette somme en 2019, selon l’objectif visé.

Lire aussi: Sunrise confirme être intéressé par l’achat de UPC

Erosion sur le marché domestique

Si les recettes sont restées stables au plan global, l’exercice écoulé a été marqué par un recul des activités en Suisse. Le chiffre d’affaires s’y est réduit de 2,7% à 8,8 milliards de francs. Swisscom impute cette baisse à la pression sur les prix et au recul dans la téléphonie fixe.

Les ventes en Italie ont connu une évolution favorable. La filiale transalpine Fastweb a vu son chiffre d’affaires progresser de 8,2% à 2,1 milliards d’euros (environ 2,4 milliards de francs), malgré la concurrence d’Iliad. Fastweb a dégagé un excédent d’exploitation de (Ebitda) de 674 millions d’euros, en sensible hausse. Le nombre de ses clients mobiles y a augmenté de 35%.

Lire aussi: Les clients de Swisscom, Salt et Sunrise n’ont plus le droit de se plaindre

Le groupe va poursuivre son strict programme de réduction des coûts. Comme pour 2018, Swisscom veut réaliser 100 millions de francs d’économies aussi bien en 2019 qu’en 2020. «La numérisation induit un changement de l’ensemble du secteur. Dans le même temps, la concurrence d’entreprises à bas coûts mondiales basées sur Internet est toujours plus forte», explique le géant bleu. Les économies se feront par une simplification des processus de travail, l’utilisation de systèmes moins coûteux et des suppressions d’emplois «dans les domaines en régression». En revanche, des créations de postes sont prévues dans les secteurs en croissance comme le cloud ou la sécurité.

Les effectifs totaux du groupe en Suisse devraient «reculer légèrement» en 2019, en fonction de l’évolution du marché, précise le groupe.

Réduction des effectifs du groupe

Quelque 550 emplois ont déjà disparu l’année dernière en Suisse. Les effectifs du groupe s’établissaient à 19 845 personnes (équivalents plein temps) à fin décembre, dont 17 147 en Suisse, contre 20 506 (17 688) douze mois plus tôt. Les futures suppressions, comme jusqu’à présent, devront être faites «autant que possible» par les fluctuations naturelles et les départs à la retraite», précise Swisscom.

Le syndicat transfair s’est inquiété, dans un communiqué, de l’insécurité à laquelle doit faire face le personnel face à ces changements et demande plus de clarté.

Par ailleurs, Swisscom prévoit pour 2019 des investissements de 2,3 milliards de francs environ et un chiffre d’affaires de 11,4 milliards.

Le groupe enregistre le départ du conseil d’administration de Catherine Mühlemann et de la représentante du personnel Valérie Berset Bircher. Elle doit être remplacée par Sandra Lathion-Zweifel (43 ans), avocate à Genève. Michael Rechsteiner est proposé pour une réélection.

Publicité