Le bras de fer entre Swisscom et les câblo-opérateurs à propos des droits sportifs a connu jeudi l’un de ses rebondissements les plus importants depuis avril 2013. Ce mois-là, la Commission de la concurrence (Comco) ouvrait une enquête dans le domaine de la diffusion de sport en direct via Pay-TV. Vingt-sept mois plus tard, Swisscom a annoncé avoir reçu, de la part du secrétariat de la Comco, une «proposition d’amende» de 143 millions de francs. L’opérateur s’est immédiatement insurgé contre cette suggestion. L’affaire pourrait durer plusieurs années encore.

Le nerf de la guerre, ce sont les matches de football et de hockey sur glace que commercialise Swisscom. On ne parle pas des matches diffusés de manière classique, mais des compétitions que le téléspectateur peut acquérir à l’unité, pour environ 6 francs. Cela concerne les championnats suisses, français ou encore anglais. Or Swisscom possède 75% du capital du groupe Cinetrade, qui lui-même contrôle Teleclub. Swisscom laisse ce dernier revendre certaines chaînes sportives à ses concurrents, dont UPC Cablecom. Par contre, la vente de matches à l’unité est réservée aux seuls clients de Swisscom TV. Le câblo-opérateur proteste depuis des années contre ce fait.

Décision formelle en 2016

Jeudi, le secrétariat de la Comco ne voulait pas en dire davantage, affirmant juste qu’il attendait désormais que les parties prennent position par rapport à sa proposition. Au vu des délais accordés, des demandes possibles de prolongation de ceux-ci, une décision formelle de la Comco pourrait intervenir au premier trimestre 2016. Et ce, avant que cette décision ne soit ensuite, peut-être, attaquée devant les tribunaux.

Swisscom a réagi jeudi en affirmant qu’il lui fallait protéger ses investissements. Et qu’il avait simplement proposé plus d’argent à la Ligue suisse de football – les droits s’élèvent à environ 28 millions de francs par année. De son côté, UPC Cablecom a salué la décision du secrétariat de la Comco.