Un Genevois dirigera Swisscom dès le 1er juin prochain. Jeudi matin, l’opérateur a annoncé qu’Urs Schaeppi quittera ses fonctions cet été, après neuf ans à la tête de l’entreprise. Urs Schaeppi aura travaillé durant vingt-trois ans au sein de Swisscom et avait pris ses dernières fonctions après le décès de Carsten Schloter en 2013. Il restera à la disposition de Swisscom du 1er juin jusqu’à fin 2022 en tant que conseiller, avant de partir vers un nouvel horizon professionnel.

Christoph Aeschlimann était déjà l’un des hommes forts de Swisscom, puisqu’il dirigeait depuis 2019 la division opérationnelle Infrastructure, réseau et IT. Il était déjà membre de la direction du groupe. Jusqu’à présent, il était chargé de la gestion et du développement de tous les réseaux, de la téléphonie mobile – et donc de la 5G – à la fibre optique. Pour ces deux technologies, Christoph Aeschlimann a eu plusieurs batailles à mener, que ce soit face aux moratoires sur la 5G ou aux soucis juridiques autour du déploiement de la fibre.

Etudes à l’EPFL

Aujourd’hui âgé de 45 ans, Christoph Aeschlimann est un parfait francophone. Il a obtenu son diplôme d’informaticien à l’EPFL, puis un MBA à la McGill University, au Canada. Il a débuté sa carrière professionnelle chez Odyssey, un prestataire de services financiers, avant de changer à plusieurs reprises d’employeur. Christoph Aeschlimann a grandi à Bâle et vit depuis de nombreuses années à Genève avec son épouse et ses deux enfants.

Cette annonce intervient alors que Swisscom publiait jeudi matin ses résultats annuels. Des résultats stables. Le chiffre d’affaires du groupe a ainsi augmenté de 0,7% par rapport à l’année précédente, pour atteindre 11,183 milliards de francs. Swisscom a enregistré un bénéfice de 1,833 milliard de francs, supérieur à celui de l’année précédente (+20%) en raison d’éléments exceptionnels.

Lire aussi: Soupçonné de paresse, Swisscom en fait-il assez pour la Suisse?