C’est comme s’ils s’étaient donné le mot. Ou en tout cas observés de très près. Coup sur coup, Swisscom, Sunrise et UPC augmentent leurs tarifs pour l’accès à internet. En parallèle, les trois opérateurs augmentent sensiblement le débit. Si l’annonce ne passe pas bien auprès de certains clients, mais aussi auprès des organismes de défense des consommateurs, c’est que ces hausses de prix sont imposées: si l’utilisateur ne veut pas les subir, il doit lui-même contacter son opérateur.

Lire aussi: Swisscom se vante trop facilement

Intéressons-nous d’abord à Swisscom, le numéro un du marché. Le 17 août dernier, l’opérateur annonçait l’augmentation de débits pour plusieurs de ses offres, à compter du 1er octobre. Ainsi, l’abonnement Internet S, qui proposait un débit en téléchargement de 40 Mbit/s, offre désormais un débit de 50 Mbit/s. La vitesse en sens inverse («upload») est passée de 8 à 50 Mbit/s. Même chose pour un autre abonnement, le Vivo Xs, avec un débit de téléchargement passant de 20 à 30 Mbit/s, et un débit en «upload» augmenté de 4 à 30 Mbit/s. En parallèle, les prix de ces abonnements ont augmenté, le premier passant de 60 à 65 francs, le second de 89 à 95 francs. A noter que les débits de l’offre Internet M ont été doublés au 17 octobre, cette fois sans incidence sur les prix.

Lire également: Qualité des réseaux: Sunrise et Swisscom jugés ex aequo, Salt fulmine

Dès le 1er décembre

Si les nouveaux débits sont déjà entrés en vigueur, les prix, eux, prendront l’ascenseur pour les deux premières offres le 1er décembre prochain. Sans réaction du client, les tarifs augmenteront ainsi de 5 et 6 francs. Mais si l’utilisateur ne veut pas payer davantage et accepte de conserver ses débits antérieurs, il doit lui-même le faire savoir à Swisscom, de trois manières: remplir un formulaire sur le site www.swisscom.ch/stay, se rendre dans un magasin Swisscom ou téléphoner au 0800 800 800 d’ici au 25 novembre prochain.

Agir ainsi, n’est-ce pas un peu mesquin? Contacté, Swisscom s’explique en avançant plusieurs arguments. D’abord, il s’agit «d’uniformiser l’offre», explique une porte-parole: «Il y avait jusqu’à présent 20 francs de différence entre les offres Internet S et M contre seulement 10 francs de différence entre M et L. Swisscom compense désormais légèrement ce déséquilibre. En rehaussant la performance et le prix sur lnternet S et Vivo XS, nous cherchons à réduire l’écart entre nos packs.» L’opérateur, qui rappelle investir chaque année 1,7 milliard de francs dans le réseau, explique aussi qu’«au fil des ans, Swisscom a fourni de plus en plus de services à ses clients sans modifier les prix. Au contraire, les prix ont chuté massivement ces dernières années». L’opérateur dit qu’il va continuer à «examiner attentivement les cas où nous croyons qu’un ajustement de prix est justifié.» L’opérateur refuse de dire combien de clients sont touchés et combien ont refusé de payer davantage.

Swisscom se défend

Mais même si Swisscom agit de manière légale en modifiant ses prix, n’aurait-il pas été plus élégant de laisser les clients décider par eux-mêmes? L’opérateur estime au contraire qu’il a été très souple. «En principe, les abonnements doivent être les mêmes pour les nouveaux clients et les clients existants, poursuit la porte-parole. L’ajustement de performance et de prix devrait ainsi s’appliquer à tous les clients existants sans qu’un «opt-out» [la possibilité de se rétracter, ndlr] soit possible. Or, bien que les conditions générales de vente permettent un tel choix, Swisscom a décidé de proposer un «opt-out» dans ce cas de figure.»

Ces arguments ne convainquent pas la FRC. «Ce ne devrait pas être au client de faire une démarche pour garder son contrat initial, mais bien l’inverse, écrit Robin Eymann, responsable de la politique économique à la FRC, sur le site de la fédération. L’association plaide pour la pratique de l’opt-in, qui permet au client de se manifester s’il désire un changement de contrat, non à celle de l’opt-out.» Le magazine Bon à Savoir est tout aussi critique, parlant sur son site des «fourberies de Swisscom».

Délais dépassés

L’opérateur n’est pas le seul. Comme le détaille la FRC sur son site, certains clients de Sunrise devront payer 5 francs par mois de plus pour disposer d’un débit de 10 Mbit/s supplémentaires. Idem chez UPC, avec un prix majoré de 5 francs pour un débit s’envolant de 40 à 100 Mbit/s (abonnement Connect 40). La FRC précise que pour ces deux opérateurs, le délai pour signifier son refus est dépassé.