cyberattaques. Depuis la fin de la semaine passée, les webmestres des sites internet hébergés par l’opérateur ne peuvent plus actualiser leur contenu. Mercredi à la mi-journée, le dérangement n’était pas encore réglé.

L’accès à ces sites via FTP (File Transfer Protocol) a été désactivé à titre préventif, afin de prévenir tout risque pour la sécurité, a indiqué à l’ATS une porte-parole du groupe de télécommunications, revenant sur des informations du «Bund» et du «Tages-Anzeiger». But de l’opération: empêcher les attaques de pirates informatiques.

Les techniciens de l’entreprise tentent désormais de pallier le problème à l’aide d’une mise à jour des logiciels. La navigation sur la Toile se fait normalement pour les internautes, tout comme l’envoi de courrier électronique.

Swisscom n’exclut pas un lien entre le dérangement auquel il est confronté et les cyberattaques contre les sites internet de partis politiques la semaine dernière. La panne dont ont été victimes les clients de téléphonie mobile de l’opérateur mardi passé n’ont par contre aucun rapport.

En début d’après-midi, la porte-parole du géant bleu n’était pas en mesure d’indiquer quand le problème serait réglé. Du côté de son concurrent Sunrise, touché par une panne du réseau numérique ISDN, le moral était meilleur mercredi: les clients pouvaient à nouveau utiliser leurs lignes téléphoniques fixes depuis le matin.

Quelque 2500 personnes étaient concernées depuis deux jours par ce dysfonctionnement, lié à une erreur de logiciel sur un central téléphonique. Un avoir sera crédité aux clients incommodés sur leur prochaine facture.