«Au secours! Aidez-nous.» Ce n’est pas l’expression utilisée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Mais c’est bien la tonalité du message adressé par les autorités à Swisscom, Sunrise et Salt. Inquiet du nombre d’utilisateurs de l’application SwissCovid, l’OFSP les a exhortés d’envoyer à leurs clients des SMS pour les inciter à télécharger l’app. Dès jeudi matin, les trois opérateurs se sont exécutés, envoyant des messages à leurs quelque 10 millions de clients. Cela suffira-t-il à augmenter le taux d’adoption de SwissCovid? Possible. Mais pas certain. Car depuis le lancement de l’app, le 25 juin, l’OFSP multiplie les erreurs de communication. L’application a été téléchargée 1,85 million de fois, pour un nombre d’utilisateurs considérés comme actifs moitié moins grand.

Aucune de ces erreurs n’est majeure. Mais leur succession a pour conséquence de décourager certains utilisateurs, voire de les braquer. Et c’est regrettable, car l’application de traçage des contacts est un outil utile pour lutter contre la pandémie. Ainsi, depuis le 1er juillet, 135 personnes, testées positives, ont d’ores et déjà entré un code dans l’app pour prévenir les personnes croisées les jours précédents. Ce chiffre est-il élevé ou faible, alors qu’il y a eu plus de 1000 contaminations avérées durant cette période? C’est une question de point de vue. Mais chaque personne alertée – on ne connaît pas leur nombre, vu que le système est décentralisé – compte.