Swissmetal, en sursis concordataire, cherche toujours un repreneur. Le groupe spécialisé dans les métaux à base de cuivre juge que l’offre faite jusqu’ici par la société française Le Bronze Industriel n’est pas acceptable, a-t-il annoncé mardi matin dans un communiqué.

Afin d’assurer une reprise industriellement viable des activités des usines de Reconvilier (BE) et Dornach (SO), Swissmetal a élaboré de concert avec le commissaire au sursis concordataire une contre- offre qui sera soumise à Le Bronze Industriel, ajoute l’entreprise.

Si la firme française n’est pas en mesure de remplir les conditions minimales pour un rachat en situation de sursis concordataire, Swissmetal s’efforcera de relancer elle-même la production et explorera parallèlement d’autres voies pour trouver un nouveau propriétaire pour les activités suisses du groupe, écrit la firme dans son communiqué.

L’avenir des quelque 470 ouvriers de Swissmetal est toujours incertain. Le travail a repris lundi sur le site de Reconvilier (BE) mais pas sur celui de Dornach (SO). La banque créancière BNP Paribas n’a toujours pas levé le séquestre des stocks de matières édicté en raison des difficultés financières du groupe.

A Reconvilier, les réserves de stocks disponibles vont permettre de travailler encore plusieurs jours, voire même quelques semaines. La situation est plus tendue à Dornach où l’usine est restée fermée en raison du blocage des stocks de métaux. Lundi, pour la deuxième fois, plus d’une septantaine de personnes ont défilé pacifiquement à Bâle devant les bureaux de BNP Paribas Suisse à l’appel des syndicats.