Innovation

Swissnex change tous ses directeurs

Les cinq antennes de Boston, San Francisco, Shanghai, Bangalore et Rio de Janeiro, spécialisées dans les échanges entre chercheurs, entrepreneurs ou artistes, auront de nouveaux directeurs

C’est un jeu de chaises musicales majeur que Swissnex effectue actuellement. Les responsables des antennes de San Francisco, Boston, Rio de Janeiro et Shanghai vont changer de directeur le 1er août. Le responsable du siège de Bangalore en Inde sera quant à lui remplacé en novembre. Il s’agit du plus important changement de personnel pour l’organe de la Confédération Swissnex, dont les cinq antennes sont spécialisées dans les contacts entre chercheurs, entrepreneurs ou artistes venant de Suisse avec les régions où elles sont établies.

Dès le 1er août, Gioia Deucher prendra la tête de Swissnex San Francisco. Il s’agit d’un changement important pour les bureaux californiens, puisqu’ils étaient dirigés, depuis leur inauguration en 2003, par Christian Simm. Jusqu’à présent, Gioia Deucher était directrice de Swissnex Brésil, qu’elle avait été chargée de mettre sur pied il y a trois ans et demi. «J’ai eu auparavant la chance de travailler sous la direction de Christian Simm à San Francisco, qui demeure la référence en la matière, vu tout ce qu’il a accompli en Californie, vu son carnet d’adresses et tous les liens qu’il a créés entre la Suisse et la Californie, explique Gioia Deucher. Cette expérience m’a beaucoup servi à mon arrivée au Brésil.»

Importance de l’Amazonie

A Rio de Janeiro, Gioia Deucher a découvert un nouvel univers. «A San Francisco, l’innovation et les technologies sont bien sûr extrêmement importantes. Au Brésil, Swissnex joue un rôle plus important dans le domaine de la recherche, notamment pour tous les projets qui ont trait à l’Amazonie. Cette région demeure difficile d’accès mais de nombreux projets ont été initiés ces derniers mois. Il y a énormément de possibilités de recherche ici et Swissnex joue un rôle important comme pont entre chercheurs suisses et leurs correspondants au Brésil.»

Mais le Brésil intéresse aussi des entreprises suisses. «Certes, le pays traverse actuellement une période difficile sur le plan économique, poursuit Gioia Deucher. Mais le Brésil est un marché immense et homogène et c’est aujourd’hui l’occasion de monter des projets de recherche ou économiques facilement avec peu de moyens. Il faut cependant parler portugais pour y travailler, car l’anglais est encore peu répandu». Gioia Deucher a créé un deuxième bureau, plus petit, à Sao Paulo. Au total, Swissnex emploie six personnes à plein-temps au Brésil. Et comme dans les autres antennes de Swissnex, de nombreux stagiaires y travaillent de manière temporaire.

Plusieurs changements

C’est Maria Conti, actuellement chargée de cours dans le domaine culturel à l’Université de Saint-Gall, qui reprendra la direction de Swissnex Brésil. Quant à Christian Simm, il dirigera l’antenne de Boston dès le 1er août également, en remplacement de Felix Moesner. Ce dernier dirigera Swissnex Shanghai dès le 1er août, en remplacement de Pascal Marmier. Enfin, Balz Strasser quitte Swissnex Bangalore où il sera remplacé par Sébastien Hug en novembre. Ce dernier est un ancien de Swissnex Boston et est actuellement le coordinateur du réseau Swissnex à Berne.

Parmi les cinq antennes de Swissnex, celle de San Francisco est la plus importante en termes de personnel. Actuellement, une vingtaine de collaborateurs fixes y travaillent et une cinquantaine de places temporaires sont disponibles, pour des hautes écoles, des jeunes chercheurs, des start-up ou des entreprises, dans les nouveaux locaux inaugurés l’automne dernier dans le port de San Francisco, au Pier 17.

Publicité