Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

COURTAGE EN LIGNE

Swissquote démontre une santé de fer et devient une star du SPI

L'année 2005 a été faste pour toutes les entreprises de transactions par Internet. Elles ont enregistré une augmentation de 10% ou plus de leur clientèle.

Swissquote Group, numéro un en Suisse du courtage en ligne, a vu son action s'apprécier de 49,16% à 225 francs depuis le début de l'année, la deuxième meilleure performance des entreprises cotées au SPI. «Notre stratégie de nous concentrer exclusivement depuis 2001 sur le courtage s'est avérée payante», note vendredi Mario Fontana, le président du conseil d'administration de l'entreprise sise à Gland (VD), en introduction à la présentation des résultats 2005. «Nous ne prévoyons aucune acquisition sur ce segment du marché encore très fragmenté, et tablons sur une croissance organique», complète le président qui ne commente aucune question sur un rachat de Swissquote pouvant expliquer l'explosion du cours.

Les résultats de la banque sont éloquents. Le bénéfice net de Swissquote croît de 142,4% à 14,7 millions et le chiffre d'affaires atteint 46,6 millions (+36%). Plus des deux tiers de cette somme sont issus des commissions. En 2005, 9526 clients supplémentaires ont choisi cette plate-orme Internet pour leurs transactions boursières, une augmentation de 24,1% qui porte le total des utilisateurs à 49057 personnes. Chacun d'entre eux a déposé en moyenne 60900 francs en 2005, une augmentation de 19,4% par rapport à l'an passé. Le revenu par client augmente de 8,2% à 1053 francs en regard d'une baisse des coûts de 6,5% à 692 francs. «Nous voulons acquérir 11000 nouveaux clients en 2006, et porter la masse des dépôts à 3,7 milliards», indique Marc Bürki, directeur, actionnaire principal et cofondateur de Swissquote.

Pour soutenir cette croissance des actifs de 25%, les Bourses de Londres, de Milan et l'Eurex devraient être intégrés au négoce en ligne de Swissquote en 2006. Le commerce des produits dérivés OTC (over the counter) de la banque anglaise HSBC vont être proposés cette année, de même que les services aux gestionnaires de fortune et des prestations comme banque de dépôt pour les fonds. La collaboration lancée avec Swisscom pour simplifier la procédure d'enregistrement des nouveaux clients «est une affaire excellente». Pour la première fois, l'actionnariat de Swissquote recevra 1 franc par action et profitera d'une réduction du capital de 2 francs par titre.

La concurrence croît aussi. «Près de 14000 clients (+16,7%) font du courtage sur notre plateforme e-trading ou investissent dans les fonds de Postfinance en 2005», indique Marc Andrey de La Poste. Les actifs déposés sur ces deux véhicules passent de 1,65 à 2,2 milliards de francs en 2005 par rapport à l'an passé.

Quelque 16500 personn-forme trade-net.ch de la Banque cantonale bernoise pour faire du courtage en ligne (+10%). Comme chez Swissquote, l'année «a très bien commencé», note son directeur Manfred Hauser. La Banque Cantonale Vaudoise veut attirer sur son site e-sider de nouveaux clients en baissant ses frais de courtage et d'administration. Ils étaient 5500 à l'utiliser l'an passé (+10%), selon son directeur Yann Pittier. Tradejet, le dernier-né du courtage en ligne suisse, vise presque exclusivement les gros clients qui sont un millier pour l'instant.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)