Depuis l'annonce de la restructuration massive d'ADtranz en 1999, les syndicats helvétiques n'ont pas lâché la pression sur le groupe. Pendant des mois, ils ont remué ciel et terre pour tenter de maintenir le maximum d'emplois en Suisse, arrivant à négocier la création de RailTech pour poursuivre la production à Pratteln (BL) et à Oerlikon (ZH). Aujourd'hui, ils sont dans l'expectative après l'annonce de rachat par Bombardier. «Nous avons reçu le même communiqué que tout le monde, explique Kaspar Wohnlich, de la FTMH à Zurich. Il est encore trop tôt pour dire ce qui va se passer. Reste que les employés en ont assez de changer souvent de propriétaires.» Pour l'association suisse des employés de l'industrie des machines, «ce rachat par Bombardier peut être une chance pour sauver définitivement les sites helvétiques de la fermeture».

My P.